Pour un coureur qui n’avait que cinq jours de courses dans les jambes, Sep Vanmarcke a directement été dans le coup, face à des adversaires qui ont déjà roulé quatre fois plus, cette saison. Le Flandrien a même été l’homme le plus en vue du week-end d’ouverture : troisième à Kuurne et quatrième, samedi, au Nieuwsblad.

"Ce sont de belles places d’honneur, mais moi, je cours pour gagner", râlait-il hier juste avant de monter sur le podium. "J’ai été deux fois très proche de la victoire. Je ne m’y attendais peut-être pas. Surtout que j’avais dit avant ce week-end que je ne suis pas encore au top de ma forme, qui est prévu pour dans un mois."

Mais tant samedi , où il a mis le feu au Taaienberg, tout en se montrant constamment offensif, qu’hier, notamment dans le Vieux Quaremont sur lequel il a forcé la création de la bonne échappée, Sep Vanmarcke a été très en vue.

"Je me sentais vraiment fort", explique-t-il. "Comme toute l’équipe, d’ailleurs, qui a fait un super boulot. Nous avons livré des courses de rêve. Tout se déroulait comme prévu. Même si nous ne sommes pas vraiment récompensés, au final. À Kuurne, ce n’était pas évident face à la supériorité des Omega Pharma-Quick Step, qui étaient à 5 alors que nous n’étions qu’à trois, ce qui était déjà bien !"

Il voulait attaquer avant le sprint, hier, à Kuurne. "Mais Johan Vansummeren l’a fait juste avant moi. On n’est pas passé loin, avec Hofland, en qui nous croyions au sprint, comme il venait de remporter un sprint massif à la Ruta Del Sol."

Et samedi, les Belkin n’ont pas eu de chance avec la crevaison de Boom, qui était dans le trio de tête avec Terpstra et Boasson Hagen. "C’est vraiment dommage", termine Vanmarcke.

"La course aurait été différente. Ensuite, je suis reparti en contre derrière Stannard et Van Avermaet, mais l’entente dans mon groupe n’était pas bonne, on me regardait trop. Mais bon, avec mes deux prestations de ce week-end, je peux repartir avec un bon sentiment en vue des prochains objectifs, surtout que je dois normalement encore franchir un cap dans ma condition..."