Cyclisme

L’Italien va remettre son titre en jeu, ce samedi. Sans certitude, sauf celle qu’il essaiera encore d'attaquer.

Il va s’aligner avec le dossard numéro 1, samedi, à Milan-Sanremo. Celui du vainqueur sortant. Et Vincenzo Nibali est bien décidé à faire honneur à ce précieux dossard. Le leader de Bahrain-Merida s’est exprimé avant de prendre la direction du premier monument de la saison. "Je suis assez satisfait de ma condition", commente le Requin de Messine. "Je suis content des signaux que j’ai reçus sur Tirreno-Adriatico. Ils montrent que ma forme s’améliore."

Mais il tient à se montrer prudent par rapport à ses ambitions pour Milan-Sanremo. "Cette course est peut-être l’épreuve la plus difficile de la saison à interpréter", poursuit l’ancien vainqueur du Tour de France. "Mais c’est aussi ce qui fait son charme. Je sais que ce ne sera pas facile de réussir à nouveau comme l’an passé, mais j’essaierai à nouveau." Dans la Cipressa ? Ou dans l’incontournable Poggio, où ce sera sans doute le feu d’artifice, samedi ?

En ce début de saison, le coureur italien n’a pas encore gagné. Mais l’an passé, il n’était pas parvenu non plus à franchir une ligne d’arrivée comme vainqueur avant sa victoire retentissante sur Milan-Sanremo. Et il a connu le même parcours que celui de l’an passé : il a disputé le Tour des émirats arabes unis, celui d’Oman, les Strade Bianche et la Course des Deux Mers.

Outre sa victoire de l'an passé, Vincenzo Nibali s'était aussi classé troisième de Milan-Sanremo 2012, quand il avait créé la bonne échappée avec Fabian Cancellara, avant de se faire avoir au sprint par Simon Gerrans. Et il avait aussi terminé huitième en 2011.

"Nous avons une équipe bien balancée", se réjouit le directeur sportif Alberto Volpi. "Avec Vincenzo, qui sera notre capitaine. Mais nous avons d’autres atouts. Avec notamment Sonny Colbrelli ou Matej Mohoric."

Le Belge Dylan Teuns fera également partie de la sélection.