Un premier week-end réussi pour Evenepoel sur la Vuelta: "Mission accomplie"

Le talent belge a évité les pièges des Pays-bas et se dirige vers l'Espagne en confiance pour la suite de la Vuelta.

La Rédaction (avec Belga)
Un premier week-end réussi pour Evenepoel sur la Vuelta: "Mission accomplie"
©BELGA

Le premier week-end de la Vuelta s'est achevé par la deuxième victoire d'étape consécutive de Sam Bennett au sprint. Que ce soit à Utrecht ou à Breda, l'Irlandais s'est montré le plus rapide. Bien caché dans le peloton, Remco Evenepoel devait lui aussi avoir le sourire après ce premier week-end passé sans encombres. Sur les routes piégeuses des Pays-Bas, le prodige belge a évité tous les obstacles : "Je suis content que tout le monde soit arrivé sans pépins", a expliqué le directeur sportif de l'équipe Quick Step, Geert Van Bondt à l'issue de la troisième étape, "nous avons parfaitement protégé Remco. Mission accomplie."

Toute la journée, Evenepoel a joué son rôle de leader pour commander ses troupes, ce qui a impressionné son directeur sportif : "Je lui ai dit : 'Remco, c'est à toi de nous dire où tu veux être et à quel moment pour être confortable'. Il a super bien dirigé. 'Restez calme, ne stressez pas trop', a-t-on pu entendre toute la journée. La plupart du temps, il voulait rester autour de la 30e position mais quand le parcours était dangereux, nous n'avons pas hésité à prendre les commandes du peloton." Avec comme résultat de pouvoir éviter les chutes de ces premières étapes.

Des premières occasions dans les jours à venir

Couplé à cela le très bon contre-la-montre par équipes de vendredi et le leader de l'équipe belge se trouve en excellente position avant le retour de la Vuelta sur ses terres. Après le long transfert des Pays-Bas au Pays basque, les coureurs devront changer de braquet à partir de ce mardi et une étape qui compte plus de 2 300 mètres d'altitude et s'achève au sommet d'une côte de 900 mètres à 8,4% de moyenne. Le lendemain, les coureurs devront escalader pas moins de cinq difficultés dont l'Alto de Vivero (4,6 km à 7,9 km) à deux reprises dans le final : "La Vuelta commencera vraiment à partir de ce mardi", a ajouté Geert Van Bondt, "avec beaucoup moins de rond-points et beaucoup plus de montées."

Un parcours qui convient davantage à Evenepoel qui ne se privera pas de tenter de reprendre du temps à ses adversaires s'il en a la possibilité : "Il connaît bien la région et a déjà remporté la Clasica San Sebastian à deux reprises. Nous allons étudier le parcours des étapes qui arrivent. Nous n'avons encore rien décidé mais si Remco a les jambes de la Clasica (NdlR: où il a livré une véritable démonstration, repoussant son plus proche poursuivant à près de deux minutes), il ne laissera pas passer l'occasion", a conclu Van Bondt.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be