Vuelta 2023: la rédemption de Remco Evenepoel, vainqueur en solitaire au lendemain de sa défaillance

Le champion de Belgique fut le premier attaquant du jour, bien décidé à aller chercher une victoire d’étape à l’orgueil, au lendemain de sa défaillance sur les routes du Tourmalet.

Au lendemain de la terrible étape arrivant au sommet du Tourmalet, Remco Evenepoel avait décidé de régler ses comptes avec les Pyrénées. Très actif dès les premiers hectomètres de l’étape, le champion de Belgique s’est glissé dans la bonne échappée du jour et a remporté sa deuxième victoire d’étape sur cette Vuelta après un énorme numéro.

Un départ à 100 à l’heure

Le début d’étape a été un véritable feu d’artifice avec de nombreuses attaques pour former l’échappée du jour et un coureur omniprésent aux avant-postes : Remco Evenepoel. Après son jour sans vendredi, le champion de Belgique a réussi à se glisser dans la bonne échappée du jour avec des grimpeurs comme Storer, Bardet, Caruso ou Kamna, mais aussi un autre Belge : le jeune Lennert Van Eetvelt.

Le col d’Hourcère, première difficulté du jour, ne laissait place à aucun temps mort puisque le Team UAE Emirates décidait de faire le forcing en tête de peloton. Evenepoel demandait alors à Cattaneo de travailler pour lui en tête de la course. Au sommet du col, le champion de Belgique faisait même le sprint pour passer en tête et s’emparer virtuellement du maillot à pois. Il insistait dans la descente et s’envolait avec Romain Bardet pour aborder le Port de Larrau avec 1'20" d’avance sur ses anciens compagnons d’échappée et 4'30" sur le peloton.

Ayuso tente de secouer les Jumbo-Visma, en vain

Dans ce Port de Larrau, Soler et Almeida craquaient les premiers alors que c’est leur équipe qui avait pris l’initiative d’accélérer le rythme. Juan Ayuso tentait alors le tout pour le tout avec une attaque à 54 kilomètres de l’arrivée mais ce n’était qu’un coup d’épée dans l’eau. Pendant ce temps, le duo Evenepoel-Bardet passait dans cet ordre au sommet et creusait les écarts : 2'00" d’avance sur Storer, seul en contre, au sommet. Et près de 6 minutes d’avance sur le peloton.

Dans l’approche de l’ascension finale, les écarts se creusaient encore alors que la Jumbo-Visma avait repris le contrôle du peloton. Storer était même repris par Castroviejo et Van Eetvelt, qui était pourtant encore malade en début de semaine.

Evenepoel plus fort que Bardet

Dans l’ascension finale, Bardet et Evenepoel discutaient à plusieurs reprises. Les deux champions, qui semblent se respecter énormément, voulaient probablement en finir ensemble après une telle chevauchée. Mais Romain Bardet craquait dans les plus forts pourcentages et même si Evenepoel hésitait à l’attendre, il finissait par poursuivre son effort pour parachever son chef-d’œuvre du jour.

Très ému, le champion de Belgique était en larmes au passage de la ligne d’arrivée. Très touché par sa défaillance de la veille mais aussi probablement par le drame qui s’est déroulé au Maroc au cours des dernières heures, son épouse étant d’origine marocaine.

Romain Bardet prend la deuxième place et Lennert Van Eetvelt complète le podium du jour. Derrière, les favoris passaient la ligne d’arrivée tous ensemble, à plus de 8'20" de Remco Evenepoel.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...