Dimanche soir, Wout Van Aert est rentré chez lui à Herentals. La déception transformée en fierté d’avoir réalisé deux superbes prestations, le Campinois peut désormais s’atteler à la dernière partie de saison sur route, car fin novembre, Van Aert devrait retrouver les labourés. Le lauréat des Strade Bianche et de Milan-Sanremo va prendre quelques jours de repos auprès de son épouse Sarah, enceinte de leur premier enfant, un fils qui doit naître en janvier, ou de ses parents et amis.

"Ce sera bien d’être un peu à la maison , a-t-il confié à Sporza. Les derniers mois, ça a été seulement faire et défaire mes valises. Je vais en profiter. Je suis deux semaines à la maison jusqu’à Gand-Wevelgem (NdlR : le 11 octobre) et pendant les classiques flamandes, les déplacements ne seront pas trop éloignés. Ce sera aussi agréable d’être laissé en paix. Je vais apprécier de mettre mon vélo de côté quelques jours, même si le but n’est pas de laisser filer ma condition avant un mois très important."

Une fois encore, Wout Van Aert a défendu son équipier Primoz Roglic, coupable aux yeux de beaucoup de ne pas l’avoir suffisamment aidé en poursuite d’Alaphilippe.

"Primoz était à la limite , a-t-il répété. Après sept heures de course, ce n’est pas toujours une question de vouloir mais de pouvoir. Je suis sûr qu’il voulait m’aider, mais il était aussi ‘cu it’ que le reste du groupe. Je trouve dommage qu’il y ait autant de polémique. Il a fait son possible. J’étais aux premières loges ; je suis donc le mieux à même d’en juger. "