Wout Van Aert sera, avec Remco Evenepoel, un des principaux coureurs à suivre dimanche dans le championnat du monde de contre-la-montre qui sera disputé entre Knokke-Heist et Bruges. Le Belge, récent vainqueur du Tour de Grande-Bretagne, avait été double médaillé d'argent en 2020 aux mondiaux d'Imola (Italie): il s'était incliné face à l'Italien Filippo Ganna dans le chrono et face au Français Julian Alaphilippe dans la course en ligne. Van Aert entre en confiance dans sa semaine mondiale, il veut briller devant le public belge. "Je me sens bien et je suis prêt pour les championnats du monde", a expliqué Wout van Aert lors d'une conférence de presse tenue vendredi à Sint-Michiels. "On sent l'ambiance monter et je suis très heureux que ces championnats se déroulent en Belgique", a détaillé Van Aert. "Ca sera très spécial ces prochains jours. Cette chance d'avoir les Mondiaux à domicile, c'est très rare, ça se produit peut-être une fois, voire deux, dans une carrière et il faut donc pleinement en profiter. Je suis donc très motivé par cette semaine en Belgique. Il est vrai que jamais un Belge n'a été champion du monde de contre-la-montre, mais il faut dire que la qualité augmente depuis quelques années, nous sommes devenus plus forts contre le chrono. Je pense que nous sommes au bon endroit, chez nous, pour changer l'histoire en gagnant."

Sixième du contre-la-montre olympique et deuxième de la course en ligne à Tokyo, Wout van Aert a pris une période de repos après les JO. "J'espère être au top de ma forme. Je me sens plus frais que dans la dernière partie des Jeux Olympiques qui furent très fatigants. Après Tokyo, je me suis bien reposé et j'ai effectué un stage en altitude à Livigno. Je suis sorti vainqueur du Tour de Grande-Bretagne, ce qui était à mon sens la meilleure préparation pour les Mondiaux." Van Aert s'est imposé dans quatre étapes et a remporté le classement général.

Le parcours du contre-la-montre mondial entre Knokke-Heist et Bruges est long de 43,3 kilomètres, soit 14,6 en plus que celui de 2020 à Imola. Les 1.500 premiers mètres sont tracés le long de la côte. Le profil du parcours est totalement plat. "Le parcours du contre-la-montre est très plat et il faudra donc être puissant. Je pense que le fait qu'il soit plus long est à mon avantage contrairement à un coureur comme Filippo Ganna qui préfère un parcours plus court. Ganna et aussi Küng sont vraiment des spécialistes du chrono et ils ne sont concentrés que sur cette discipline. Ils seront donc difficiles à battre. Mais je garde ce souvenir de mes deux médailles d'argent aux Mondiaux 2020: j'étais satisfait de mes résultats mais, en même temps, déçu parce que j'étais passé tout près de la victoire dans la course en ligne. L'objectif est donc de changer la couleur des médailles cette année. En Belgique, ça serait beau! Le rêve de tous les Belges est de nous voir, Remco et moi, sur les deux premières marches du podium mondial dimanche. Et c'est possible car nous sommes prêts. Remco a montré sa forme au championnat d'Europe et moi au Tour de Grande-Bretagne, où j'ai gagné beaucoup de confiance. Je sais que je fais partie des favoris mais peu m'importe. Je reste concentré sur moi-même."