Le dernier match du Portugais sur le banc du Real s'est soldé par une victoire 4-2. Barcelone a écrasé (4-1) Malaga à domicile


MADRID L'entraîneur du Real Madrid José Mourinho, qui quitte le club après trois saisons à sa tête, a pris congé samedi du stade Santiago-Bernabeu sur une victoire (4-2) face à l'Osasuna Pampelune, pour la 38e et dernière journée du championnat d'Espagne.

Ce dernier succès pour l'honneur ne consolera que très modérément Mourinho qui s'en va avec un bilan mitigé, marqué par l'absence de titre majeur lors de cette dernière saison (seulement une Supercoupe d'Espagne).

Le Portugais, globalement sifflé par le Bernabeu, même s'il a été applaudi par le secteur des ultras qui a déployé une banderole en sa faveur, part également brouillé avec certains cadres du vestiaire.

La non-convocation de Pepe et du gardien Casillas - alors que le titulaire habituel Diego Lopez était pourtant indisponible - samedi en est la preuve.

Pour pousser l'absence de logique un peu plus loin, "The Special One" a aligné samedi le quatrième gardien, Jesus Fernandez, laissant le jeune Adan sur le banc.

Tout cela n'a pas empêché le Real de s'imposer face à Osasuna, qui avait pourtant réussi à remonter un score défavorable de 2-0, avant que Benzema et Callejon ne scellent la victoire merengue.

Les Madrilènes, privés de cadres comme Ramos, Xabi Alonso ou encore Ronaldo, ont su s'appuyer sur leur réalisme face au but adverse.

Modric lançait d'abord Higuain à la limite du hors-jeu et l'Argentin ouvrait bien le pied droit (1-0, 35).

Essien réalisait le break trois minutes plus tard d'une belle tête piquée sur un corner. Le Ghanéen, recruté par Mourinho à l'été dernier, n'oubliait pas d'aller embrasser son complice sur le banc de touche (2-0, 38).

En deuxième période, l'ailier Roberto Torres parvenait toutefois à réduire la marque d'une superbe frappe enroulée du droit (2-1, 52), avant que Cejudo n'égalise, à la suite d'un double duel gagné de la tête (2-2, 63).

Mais Benzema (3-2, 69) puis Callejon (4-2, 87), impeccables dans la finition, offraient finalement une dernière victoire à Mourinho.

Le Barça termine sa saison en égalant le record de 100 points du Real


Le FC Barcelone a écrasé samedi (4-1) Malaga à domicile, une victoire qui permet aux Catalans, déjà sacrés champions, de boucler leur saison avec 100 points, égalant ainsi le record que le Real Madrid avait établi l'année dernière. Un début sur les chapeaux de roue de la part des Blaugranes a été fatal à Malaga: en un quart d'heure, Villa (4), Cesc Fabregas (14) et Montoya (16) avaient déjà porté le score à 3-0.

Iniesta portait même le score à 4-0 à la 52e, avant qu'un pâle Malaga ne sauve l'honneur par Pedro Morales à la 57e. L'entraîneur des Andalous Manuel Pellegrini, sur le départ et déjà annoncé du côté de Manchester City, aura donc vécu un moment difficile pour son dernier match sur le banc des Ciel et Blanc.

Leur qualification pour l'Europa League se jouera donc au Tribunal Arbitral du sport (TAS), qui, le 4 juin prochain, doit se prononcer sur l'interdiction de compétition européenne imposée par l'UEFA aux Andalous pour un an, en raison d'impayés de salaires. Cette 38e et dernière rencontre de la saison pour les Blaugranes a aussi été marquée par les adieux du Français Eric Abidal au Camp-Nou.

Negredo terrasse Valence et offre la C1 à la Sociedad

La Real Sociedad, vainqueur à l'extérieur de La Corogne (1-0), a arraché son billet pour la Ligue des Champions au détriment de Valence, terrassé (4-3) par le FC Séville et Negredo, auteur d'un quadruplé, samedi pour la 38e et dernière journée du championnat d'Espagne.

En s'imposant (1-0) sur le terrain de La Corogne grâce à un but de Griezmann (22e), la Real Sociedad a dépossédé Valence de sa 4e place, terminant finalement 1 point devant les Valenciens qui devront se contenter de l'Europa League.

La Real Sociedad aura donc l'occasion de jouer le tour préliminaire de la Ligue des Champions, une compétition qu'elle n'a jusqu'ici disputé qu'une seule fois dans son histoire, en 2002-2003, atteignant alors les huitièmes de finale.
Tout avait pourtant idéalement commencé pour Valence, qui ouvrait la marque dès la 12e par Banega. Mais un homme, Alvaro Negredo, a été la bête noire des hommes de Valverde.

L'international espagnol, auteur d'un quadruplé (40, 44 sur penalty, 57 et 61) dont un but inscrit sur un somptueux ciseau, a mis au supplice ses adversaires. L'exclusion de Jonas juste avant la pause avait lourdement pénalisé les Valenciens. Soldado avait beau répliquer par un doublé (56, 88), ce n'était pas suffisant.

De leur côté, la Real, qui n'avait au départ pas son sort entre ses mains, a tout mis en oeuvre pour aller chercher son billet pour la C1.

Le Français Griezmann, qui suivait bien après une bonne frappe d'Agirretxe repoussée par le gardien de La Corogne, mettait les siens dans le bon sens (22e). Mais en deuxième période, les Galiciens, envoyés en deuxième division par ce résultat, se sont battus avec l'énergie du désespoir. Pizzi, Salomao et Abel Aguilar dont la tête s'échouait sur la barre des Basques, frôlaient chacun l'égalisation. Mais au final, la Real, réduite à dix après l'exclusion pour deux cartons jaunes de Bergara (84), parvenait à résister au siège des locaux.

La Corogne, promu au terme de la saison précédente, n'aura donc pas pu se sauver, filant en deuxième division en même temps que Saragosse et Majorque.

Les Galiciens pourront toutefois se consoler en se disant que le Celta Vigo s'est lui maintenu grâce à son succès (1-0) à domicile face à l'Espanyol Barcelone.

© La Dernière Heure 2013