Anderlecht flamand à 68%

Seulement 16% de ses supporters sont bruxellois et 16% wallons
ANDERLECHT Avez-vous aussi remarqué, en quittant le Stade Constant Vanden Stock après un match, que la majorité des supporters anderlechtois parle le flamand? Ou que, pendant la rencontre, les chansons du kop sont essentiellement flamandes? Ce n'est pas une fausse impression. Les chiffres des fancards mauves sont étonnants et n'ont qu'une seule conclusion: Anderlecht est devenu fort flamand!

Des 38.166 fancards dont nous avons tenu compte (les autres 10.000 sont soit récentes, soit elles ont des mauvaises adresses ou des adresses à l'étranger), 68% viennent de la Flandre, 16% de Bruxelles et 16% de Wallonie. Le Brabant flamand est la province la plus mauve (28%), mais la Flandre orientale (surtout la région de Grammont et Ninove) est deuxième (18%), alors qu'Anvers en compte 11%. Le Hainaut n'a que 6% de supporters, mais que dire du Brabant wallon (4%), de Namur (3%), de Liège (2%) et du Luxembourg (1%)?

50-50 dans les années 1980

Le nombre de clubs de supporters par province confirme en partie les pourcentages précédents. 48 clubs de supporters sont flamands, seulement 8 sont bruxellois, mais 22 sont wallons. «C'est parce qu'on a limité le nombre de clubs flamands, pour mieux contrôler les supporters en déplacement», explique Johan Ceuppens, secrétaire de la fédération de supporters. «Ainsi, en Flandre Orientale, on compte déjà 20 clubs. Nous avons appliqué une nouvelle règle pour les freiner: pas de nouveau club dans une périphérie de quinze kilomètres. Nous constatons que des dix derniers inscrits, six sont wallons, trois bruxellois et un flamand.»

En d'autres mots: comme c'était le cas avant. Puisque les fancards n'existent que depuis quelques années, personne ne connaît le pourcentage précis de Flamands, Bruxellois et Wallons des années 1960, 1970 ou 1980. «Mais je suis convaincu que jusqu'en 1990, c'était du cinquante-cinquante entre Flamands et Francophones.»

Le nombre de clubs de supporters recensés en 1994 (la première année pour laquelle il existe une liste) confirme la thèse de Marc Torsin. Des 32 clubs de supporters, il y en avait 16 flamands, 13 wallons et 3 bruxellois. Alors: d'où ce retournement de situation? En Wallonie, il n'y a quand même que cinq clubs de D 1, alors que la Flandre en a douze? «Mais à Anvers et à Gand, il n'y a pas de tout grand club», dit Torsin. «La Flandre est plus proche de Bruxelles et est donc plus accessible que le fond de la Wallonie», ajoute Didier Desmet, beau-fils de Roger Vanden Stock et responsable du service internet, qui a fait l'enquête. «Beaucoup de Bruxellois ont déménagé vers la banlieue néerlandophone. D'ailleurs, plus de nos supporters francophones suivent les matches à Canal+. Sur le site, nous avons 60% de visiteurs flamands et 40% de wallons. Et Anderlecht Magazine se vend beaucoup mieux au sud du pays.»

Yves Taildeman

© Les Sports 2004

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be