Le PDG de Bwin auditionné puis libéré

F. Sc.
Le PDG de Bwin auditionné puis libéré
©Print screen

Norbert Teufelberger a fait les frais du bras de fer que se livrent les autorités belges au plus gros site de paris en ligne


BRUXELLES L’Union européenne a une conception assez libérale des jeux en lignen contrairement à la Belgique, qui veut coûte que coûte réguler ce marché. Il se livre depuis quelque temps un véritable bras de fer entre les autorités belges et les dirigeants du groupe Bwin.Party, la plus grande entreprise de paris en ligne. Elle réalise un chiffre d’affaires de plus de 800 millions d’euros…

Le hic, c’est que contrairement à PokerStars, Poker770, Partouche, Win2day, GoldenPalace et Unibet, Bwin a été placé par la Commission des jeux de hasard, depuis le 9 mai 2012, sur une liste noire car il ne répondait pas aux critères de la législation belge. Notamment, ils ne disposent pas d’un pied-à-terre chez nous – le siège de Bwin se trouve à Gibraltar, paradis fiscal bien connu.

Rappelons au passage que le site de paris sportifs de la Libre et la DH, www.betFirst.be, a, lui, reçu une licence les autorisant à proposer des paris sportifs en ligne en Belgique.

Contestant cette interdiction , et par là la loi belge, l’entreprise Bwin a choisi de la contourner en modifiant le nom de domaine de sa plateforme, devenu gamebookers.com.

Mais en juillet, le régulateur belge a amendé la liste des sites illégaux pour intégrer cette nouvelle dénomination. L’opérateur a parallèlement tenté de remettre en cause devant la justice les conditions de la régulation des jeux en ligne en Belgique. Une fois encore, cette procédure n’a pas abouti favorablement et la requête a été rejetée au début de l’été.

La justice belge et la Commission des jeux de hasard a donc une dent contre Bwin et ses dirigeants.

Et elle l’a montré ce mardi, en interpellant Norbert Teufelberger, le coprésident de Bwin, sur Bruxelles, ont révélé les journaux De Tijd et Het Nieuwsblad.

L’homme n’a ainsi pas eu l’occasion de participer au colloque de l’European Gaming et Betting Association (EGBA) sur le jeu responsable durant lequel il devait prononcer un discours.

Le parquet a confirmé l’audition de Teufelberger, qui a, à présent, été libéré. Bwin, via un communiqué, a fait savoir que son co-PDG s’est soumis volontairement à cette requête et coopère pleinement avec les enquêteurs.

Pour l’instant, le dossier est toujours à l’information. Le businessman, qui n’a donc pas été inculpé, a promis, de réunir le conseil d’administration ce mois-ci pour prendre une décision sur les activités illégales du groupe en Belgique.

Notons tout de même que ce n’est pas la première fois que Teufelberger a été appréhendé par la police. En 2006 déjà, il avait même passé trois jours en cellule, en France…

Chez nous, le site, qui est côté à la bourse de Londres depuis 2005, ferait un chiffre d’affaires estimé à 700.000 euros... par mois !

Quid des suites, ici en Belgique ? La suite de l’histoire se déroulera le 17 décembre, lors d’une seconde audition.

© La Dernière Heure 2012


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be