A son procès, l'ex-star de Manchester Ryan Giggs décrit comme un compagnon violent

L'ex-ailier vedette Ryan Giggs a été accusé lundi de "violences physiques comme psychologiques" sur son ex-compagne par l'accusation au premier jour de son procès, des accusations qu'il réfute mais qui l'ont conduit à démissionner de son poste de sélectionneur du Pays de Galles à l'approche du Mondial-2022.

AFP
A son procès, l'ex-star de Manchester Ryan Giggs décrit comme un compagnon violent
©AFP

L'ancien joueur de 48 ans, qui a remporté deux Ligues des champions sous le maillot de Manchester United, est entré l'air grave, flanqué de ses avocats dans la Manchester Minshull Street, où la juge Hilary Manley a ouvert le procès prévu pour durer deux semaines.

Giggs plaide non coupable des violences conjugales qui lui sont reprochés, passibles d'une peine maximale de cinq ans de prison. Il est accusé d'avoir agressé son ancienne compagne, Kate Gerville, lors d'une violente dispute le 1er novembre 2020. La police avait été appelée au domicile de Giggs.

Il doit aussi répondre du délit de comportement d'emprise sur sa compagne pendant leur relation, qui avait commencé en 2017 et s'est achevée le jour des faits qui lui sont reprochés. Ce chef de poursuites recouvre des faits d'"isolement, rabaissement, humiliation, harcèlement, dégradation et mauvais traitements".

"Toxique"

Lors de l'audience, le représentant du parquet Peter Wright a affirmé aux jurés que M. Giggs était responsable "d'une multitude de violences physiques comme psychologiques, à l'encontre d'une femme qu'il dit aimer".

"Le comportement de l'accusé est devenu de plus en plus oppressif", a estimé M. Wright, qualifiant la relation entre lui et Kate Greville de "toxique et nuisible".

Giggs, arrêté à son domicile en novembre 2020 et remis en liberté, est aussi inculpé pour violences sur la soeur de son ex-compagne, Emma Gerville.

Selon M. Wright, Ryan Giggs s'en est pris violemment à Kate Greville et sa soeur, blessant sa compagne au coude et aux lèvres.

Lors d'une audience préliminaire en avril 2021, il a contesté les accusations portées contre lui et plaidé non coupable.

Son procès était initialement prévu en janvier mais a dû être reporté en raison de l'encombrement des tribunaux.

La juge Hilary Manley a enjoint lundi les jurés à ne pas "aller sur Google", leur demandant de "mettre de côté" ce qu'ils ont pu lire sur l'affaire dans les médias.

M. Giggs a choisi pour avocat Chris Daw, qui assure la défense de grands noms du sport comme l'ancien capitaine de Chelsea John Terry, acquitté en 2012 par la justice britannique dans une affaire d'insultes racistes contre le joueur Anton Ferdinand l'année précédente lors d'un match du championnat d'Angleterre.

13 titres

Giggs a démissionné de son poste de sélectionneur du Pays de Galles en juin. "Je ne veux pas que les préparatifs du pays pour la Coupe du monde soient affectés, déstabilisés ou mis en danger de quelque manière que ce soit par l'intérêt continu autour de cette affaire", avait-il déclaré.

Il s'est dit impatient de "blanchir (son) nom".

Comme joueur, Giggs a remporté 13 titres de Premier League et deux Ligues des champions avec les Red Devils.

Le milieu de terrain a commencé sa carrière d'entraîneur à Old Trafford, prenant la direction temporaire à la fin de la saison 2013/14 après le licenciement de David Moyes, avant de travailler comme adjoint de Louis van Gaal pendant deux ans.

Il avait été nommé en janvier 2018 sélectionneur de l'équipe galloise, qu'il a menée en huitième de finale du dernier Euro, l'an passé. Le Mondial-2022 sera la quatrième participation du onze gallois à une compétition majeure depuis la Coupe du monde de 1958.

Le procès de Giggs s'ouvre deux jours avant celui du joueur français Benjamin Mendy, jugé à Chester à partir de mercredi pour viols et agressions sexuelles sur sept femmes.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be