Comment le discours du petit-fils de Nelson Mandela au CHAN tend un peu plus les relations entre le Maroc et l’Algérie

Lors de la cérémonie d’ouverture du CHAN en Algérie, Zwelivelile Mandla Mandela a dénoncé “l’oppression” du Sahara occidental par le Maroc.

Zwelivelile "Mandla" Mandela a mis le feu aux poudres entre le Maroc et l'Algérie lors de son discours pour inaugurer le CHAN.
Zwelivelile "Mandla" Mandela a mis le feu aux poudres entre le Maroc et l'Algérie lors de son discours pour inaugurer le CHAN. ©BELGA

Moins d’un mois après la fin de la Coupe du monde, les équipes africaines sont de nouveau sur le pont pour le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN). Organisée depuis 2007, cette compétition est organisée tous les deux ans en alternance avec la plus renommée Coupe d’Afrique des Nations (CAN). La particularité du CHAN étant que seuls les joueurs évoluant dans un club de leur propre pays peuvent le disputer.

Mais cette septième édition qui se dispute en Algérie a pris une tournure politique ce week-end, en raison des propos tenus par un député sud-africain lors de la cérémonie d’ouverture. Et pas n’importe quel député puisqu’il s’agit ni plus ni moins que du petit-fils de Nelson Mandela, prix Nobel de la Paix en 1993.

Ainsi Zwelivelile Mandla Mandela se trouvait notamment en compagnie du président de la FIFA et de la CAF Gianni Infantino et Joseph Motsepe ainsi que de plusieurs officiels algériens lors de l’inauguration de la compétition à Alger. Le député sud-africain a pris la parole durant la cérémonie et ses propos ont fait bondir chez le voisin marocain. Durant son allocution, il a notamment dénoncé la présence du Maroc au Sahara, estimant qu’une “dernière colonie est présente en Afrique : le Sahara occidental.” Mandela a ainsi appelé à dénoncer “l’oppression” menée par le Maroc.

Ses déclarations ont fait bondir au Maroc et la fédération marocaine de football (FRMF) a immédiatement réagi dans un communiqué, regrettant un “discours provocateur et surréaliste”. Pour la FRMF, Zwelivelile Mandla Mandela a “bafoué le règlement régissant l’organisation des manifestations footballistiques sous l’égide de la Confédération africaine de football (CAF)”. Pour les médias marocains, il ne s’agit pas de l’action d’un seul homme agissant de sa propre initiative. La presse locale pense savoir que le député sud-africain aurait reçu, en contrepartie, plus de 100 000 dollars de la part du gouvernement algérien dans le but de financer un nouveau projet porter par sa nouvelle fondation.

Mais ce n’est pas tout puisque la fédération marocaine a fustigé les propos racistes tenus par de nombreux supporters algériens dans le stade d’Alger durant la cérémonie d’ouverture, appelant la CAF à “assumer toute la responsabilité face à ces transgressions flagrantes qui n’ont aucun lien avec les principes et valeurs du ballon rond.” La Confédération africaine a déjà réagi en affirmant qu’elle allait mener une enquête, tout en rappelant que “ces déclarations politiques ne sont pas celles de la CAF et ne reflètent ni un point de vue ou une opinion de la CAF en tant qu’organisation politiquement neutre.

Ces dérapages interviennent dans une période de grande tension entre les deux voisins du Maghreb. Demi-finaliste de la Coupe du monde il y a un mois, les Lions de l’Atlas n’ont pas pu faire le déplacement jusqu’en Algérie pour participer au CHAN. La raison ? La fédération marocaine espérait obtenir un vol direct entre le Maroc et l’Algérie alors que la frontière aérienne entre les deux pays est fermée depuis le 21 septembre dernier sur ordre d’Alger. Aucune exception n’a été accordée à l’équipe nationale marocaine, l’empêchant donc de participer à la compétition.

Les tensions entre les deux pays trouvent justement son origine sur le différend autour du Sahara occidental comme le relaie TV5 Monde. Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est disputé depuis des décennies par le Maroc et le Front Polisario. Le premier réclame l’entière souveraineté sur l’ensemble du territoire, alors que le second, soutenu par l’Algérie, réclame un référendum d’autodétermination.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be