Baiser volé: les internationales espagnoles réaffirment leur "volonté de ne pas être convoquées"

La polémique de l'affaire Rubiales continue.

FILE - President of Spain's soccer federation Luis Rubiales embraces Alba Redondo during the awards ceremony for the Women's World Cup soccer final at Stadium Australia in Sydney, Australia, Sunday, Aug. 20, 2023. Spain defeated England in the final. Spain faces reckoning over sexism in soccer after federation head kisses player at Women's World Cup. (AP Photo/Rick Rycroft, File)
La polémique de l'affaire Rubiales continue. ©Copyright 2023 The Associated Press. All rights reserved

La majorité des internationales espagnoles, en grève après l'affaire Rubiales, ont réaffirmé lundi, quelques heures après l'annonce de la première liste de la nouvelle sélectionneuse Montse Tomé, leur "volonté de ne pas être convoquées", estimant que la Fédération n'était "pas en mesure d'exiger leur présence".

"Ce qui a été exprimé dans notre communiqué de vendredi dernier rend clair et sans autre interprétation possible notre ferme volonté de ne pas être convoquées pour des raisons justifiées. Ces déclarations restent pleinement en vigueur", peut-on lire dans le communiqué publié sur X (anciennement Twitter) par la double Ballon d'Or Alexia Putellas.

Lundi, Montse Tomé a présenté sa première liste, pour laquelle elle a appelé 15 des 23 championnes du monde espagnoles, en majorité en grève. Jenni Hermoso, victime du baiser forcé par le président de la fédération Luis Rubiales, ne figure pas dans la liste.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...