Il n’y a rien d’utopique à l’idée de voir Mouscron repartir en D3 sous son matricule


MOUSCRON Pour ce faire, il suffit juste de trouver quelqu’un qui est prêt à apurer les dettes fédérales qui sont peu élevées (l’ONSS, la TVA, le précompte entrent dans le cadre de la licence mais ne sont pas des dettes fédérales).

Actuellement, elles sont de 62.000 euros, ce qui correspond à des taxes non-payées notamment sur les tickets vendus (par exemple ceux de Belgique - France Espoirs).

Une somme à laquelle s’ajouteront les amendes et les indemnités à payer pour les forfaits et d’éventuelles indemnités de licenciement que réclameront les joueurs, mais la somme finale ne devrait pas dépasser 200.000 euros. Comme les dettes globales (pas fédérales) de Péruwelz seraient supérieures à ce montant, on comprend mieux que la piste de l’association ait du plomb dans l’aile.

Par ailleurs, concernant le doute que nous émettions hier par rapport à un règlement fédéral (article 1507.23) qui précise “qu’après une inactivité complète ou principale, un club devait repartir dans la division la plus basse de sa province (P4)”, on nous précise que par le terme “principale” , il ne faut pas entendre “équipe première” mais “football dans son ensemble.” Comme les jeunes poursuivent la saison, le club pourra réglementairement repartir en D3.



© La Dernière Heure 2009