Division 2

Tubize 1 Union 2

TUBIZE: Wauthy, Neels, Seynhaeve, Fasano, Flammini (77e Gailly); Catrain (53e Remy), Dimitriadis, Stilmant, De Broyer (62e Buelinckx), Kenmogne, Sbaa.

UNION: Coppens, Peeters, Scozzari, Mangubu, Walschap; Vangeele, Vandamme, Cums, Rimbold (77e Capilla); Malki, Thompson (75e Gursever).

ARBITRE: M. Wouters.

AVERTISSEMENTS: Cums, Thompson.

LES BUTS: 30e Malki (0-1), 70e Kenmogne (1-1), 81e Malki (1-2).

TUBIZE «Quand on rate autant d'occasions et qu'on commet de telles erreurs individuelles, on ne peut rien revendiquer de plus», pestait Enzo Scifo. Et il est vrai que si Tubize avait concrétisé toutes les occasions créées en première période, le match aurait été plié à la pause. Au contraire, sur leur seule possibilité, les Unionistes ouvraient la marque. Malki profitait d'une énor- me bévue de Fasano pour s'en aller lober Wauthy. Avant cela, Kenmogne, à trois reprises, Sbaa et De Broyer avaient manqué de belles opportunités et ne donnaient pas raison à Scifo qui avait placé sur le banc Buelinckx et Remy.

Le tournant de la rencontre se situait, peut-être, à la 16e, lorsque Neels arrachait un ballon et servait idéalement Dimitriadis dont la reprise trouvait le montant de Coppens. Mais, ce qui est clair, c'est qu'avec cette défaite, Tubize a fortement compromis sa participation au tour final. Vu les résultats du week-end, les Sang et Or sont clairement les perdants de ce dimanche. Ils avaient pourtant rétabli l'égalité à la 70e. Kenmogne parvenant enfin à trouver la route du but. Ce nul, les Sang et Or le devaient à leur gardien qui, juste après la pause, sortait en kamikaze devant Malki, et à Thompson, qui plaçait sa tête au-dessus du but vide. Malheureusement, après avoir été le héros, la semaine dernière, Wauthy était l'homme malheureux de l'après-midi. Manquant complètement sa sortie, il permettait à Malki d'offrir aux Unionistes leur maintien. «Ce n'était pas un grand match, reconnaissait Jacques Urbain. Mais le plus important, pour nous, était de pouvoir vivre une 34 e journée tranquille. Un nul aurait sans doute été plus logique. Les deux équipes prenant chacune une mi-temps à leur compte.»

© Les Sports 2005