C'est peut-être l'avantage pour ce pays d'accueillir un tel événement. Si le Qatar n'est pas exemplaire au niveau des droits de l'homme, ses dirigeants ont décidé de prendre deux mesures historiques concernant les travailleurs migrants.

Ceux-ci ne devront plus obtenir la permission de leur employeur pour changer de travail. Ils obtiendront également un salaire minimum non discriminatoire par rapport aux qataris.

C'est une avancée considérable car c'est unique dans cette région du monde. La FIFA s'est empressée de saluer ce geste sur les réseaux sociaux en se félicitant " de l'héritage que laisse déjà l'organisation de cette Coupe du Monde 2022."


De nombreux travailleurs migrants ont trouvé la mort sur les multiples chantiers liés à la construction des stades qui doivent accueillir le Mondial.En juin 2019, Le Guardian annonçait que 2700 ouvriers étaient décédés entre 2012 et 2018.