Mercredi soir, Aaron Ramsey, milieu de terrain gallois d'Arsenal, a inscrit le deuxième but des Londoniens sur la pelouse stambouliote du Fenerbahçe. Une réalisation synonyme de pas important vers la qualification pour les Gunners, mais qui pourrait aussi avoir de macabres conséquences.

Le Gallois au visage angélique ne marque pas souvent, mais quand c'est le cas, son surnom de Gunner prend alors tout son sens. Les buts d'Aaron sont en effet le théâtre d'une troublante coïncidence: à chaque fois que Ramsey marque, une "célébrité" décède dans les jours qui suivent.

Tout a commencé au mois de mai 2011. Ramsey trouve le chemin des filets contre Manchester United et dans les 24 heures qui suivent, Oussama Ben Laden est tué au cours d'un raid de l'armée américaine.

Le Gallois reste ensuite muet jusqu'au mois d'octobre. Le 2, il marque finalement face au rival honni de Tottenham. Pas de chance pour Steve Jobs, qui perd la vie trois petits jours plus tard.

Jamais deux sans trois? Très en verve au cours de ce début d'automne 2011, Ramsey marque même en Ligue des Champions, contre Marseille. Le colonel Kadhafi n'y surviva pas.

La quatrième "victime" du Gunner londonien s'appelle Whitney Houston. La diva américaine est retrouvée morte dans la baignoire de sa chambre d'hôtel. Quelques heures plus tôt, Aaron Ramsey avait claqué son petit but face à Sunderland.

Mercredi, donc, Aaron Ramsey a trouvé le chemin des filets à Istanbul, et les variantes du "Une célébrité va mourir" affluaient en moins de 140 signes sur les réseaux sociaux. Cette étrange loi des séries se poursuivra-t-elle?  Aucun défunt "célèbre" n'a en tout cas perdu la vie après les deux buts qu'il a inscrits la saison dernière.

Quoi qu'il en soit, heureusement que cette "malédiction" ne nait pas des buts de Lionel Messi…