La Super Ligue, lancée par douze équipes de football dissidentes, est "une proposition honteuse" de quelques clubs "guidés par l'avidité", a réagi lundi le président de l'UEFA Aleksander Ceferin, annonçant l'adoption de la réforme de la Ligue des champions à partir de 2024.

Le patron de l'instance européenne du football, organisatrice de la prestigieuse Ligue des champions, a fustigé le projet annoncé quelques heures plus tôt par douze grands clubs européens, le comparant à "un crachat au visage de tous les amoureux du football", en opposition aux "compétitions ouvertes" qu'il entend prôner.

Le comité exécutif de l'UEFA a adopté la réforme de sa compétition phare à partir de 2024, impliquant le passage de 32 à 36 clubs avec un mini-championnat en guise de phase de groupes.

"Nous sommes tous unis face à ce projet de non-sens", a-t-il encore repris au sujet de la Super Ligue, dont l'annonce a bouleversé le monde du football européen dans la nuit de dimanche à lundi.

Ce projet, emmené par le président du Real Madrid Florentino Perez, implique la participation permanente de 15 clubs fondateurs à une compétition quasiment fermée. Parmi ces 15 équipes, 12 sont connues (6 anglaises, 3 espagnoles, 3 italiennes).

Le président slovène de l'UEFA a aussi réaffirmé que les joueurs évoluant dans les clubs fondateurs de cette ligue privée "seront bannis" des compétitions internationales telles que la Coupe du monde ou l'Euro et "ne pourront pas représenter leurs équipes nationales".

A l'opposé, il a vanté les mérites de la réforme de l'UEFA, qui "préserve l'importance des compétitions domestiques" selon lui.

Ceferin règle ses comptes avec Woodward et Agnelli

Le président de l'UEFA s'en est aussi pris très durement à Andrea Agnelli, président de la Juventus et qui vient de démissionner de son poste au sein de l'Association européenne des clubs (ECA) et comme membre du comité exécutif de l'UEFA. "Je n'ai jamais vu une personne mentir autant de fois et de manière aussi éhontée. C'est incroyable, je lui ai encore parlé samedi après-midi et il m'a dit que ce n'étaient que des rumeurs, en me disant qu'il allait me rappeler plus tard. Et le lendemain, il y a ce communiqué...", a taclé le président de l'UEFA.

Ed Woodward, patron de Manchester United, en a aussi pris pour son grade. "Je n'ai pas eu beaucoup de contacts avec Woodward, mais il m'a dit la semaine dernière qu'il était très satisfait de la réforme de la Ligue des Champions, qu'il y était totalement favorable, et qu'il voulait simplement évoquer le Fair-play financier. Mais de toute évidence, il était déjà prêt à signer autre chose."

"Nous ne savions pas que nous avions des serpents près de nous. Maintenant, nous savons", a-t-il fustigé, dans des propos relayés par le Times.

Ceferin s'est en tout cas rangé du côté des fans de football, qui semblent massivement rejeter ce projet. "Je n’arrive pas à comprendre comment les clubs peuvent voir leurs supporters protester et s’en foutre totalement. Et ils sont déjà ultra riches, ils ne sont pas pauvres. Mais ils en veulent toujours plus et plus. Si vous respectez vos fans, arrêtez !"