Schalke 04, 15e avant le coup d'envoi de la rencontre, a bondi à la 10e place


STUTTGART Pour la première fois depuis août, Schalke 04 est sorti de la zone dangereuse après sa victoire dimanche à Mayence (1-0), ancien leader du Championnat d'Allemagne pour qui la trêve hivernale semble arriver à point nommé.

Grâce à Jefferson Farfan (30) et à Manuel Neuer qui a détourné un penalty (72), Schalke 04, 15e avant le coup d'envoi de la rencontre, a bondi à la 10e place.
Le vice-champion d'Allemagne 2010 n'est pas encore sorti d'affaires, puisque Cologne, 16e et barragiste en puissance, n'est qu'à quatre points, mais l'équipe de Felix Magath commence à trouver la bonne carburation.

Elle vient de réaliser une semaine parfaite avec son succès contre le Bayern Munich (2-0) le week-end dernier, la 1re place de son groupe en Ligue des champions mardi et cette victoire à Mayence. Magath ne doit pas voir d'un bon oeil cette trêve hivernale qui va stopper à partir du 18 décembre et pendant quatre semaines sa formation, si lente à se mettre en route.

Son homologue de Mayence, Thomas Tüchel, l'attend avec impatience: son équipe, enthousiasmante en septembre et leader pendant cinq semaines, est épuisée et a concédé sa cinquième défaite en sept matches. Elle a rétrogradé à la 4e place à 13 points de Dortmund et donne raison à ceux qui, comme le sélectionneur allemand Joachim Löw, présente le Bayer Leverkusen comme la seule équipe capable d'empêcher le sacre du Borussia.

Avant le faux-pas de Mayence, le Bayer s'était emparé de la 2e place en s'imposant (4-2) avec autorité à Hambourg. Le club rhénan qui a vu Michael Ballack reprendre l'entraînement dimanche après trois mois d'absence, accuse tout de même onze points de retard sur le leader.

Dortmund a peiné et eu beaucoup de réussite face au Werder Brême (2-1), mais a enregistré sa 14e victoire de la saison et écrase, comme aucune autre équipe avant, la Bundesliga. Le Bayern Munich a, comme attendu, dominé St. Pauli (3-0) et s'est replacé à la 6e place, mais accuse toujours 17 points de retard sur la tête.

En bas de classement, la lanterne rouge Mönchengladbach s'est incliné dimanche sur le terrain de Fribourg (3-0) tandis que Stuttgart, 17e après sa défaite à Hanovre (2-1) vendredi, a dévoilé son troisième entraîneur depuis août, Bruno Labbadia qui doit tenter d'éviter la deuxième rélégation dans l'histoire du club.


Allemagne: Stuttgart limoge Keller et nomme Labbadia

Stuttgart, 16e du Championnat d'Allemagne, a limogé dimanche Jens Keller et a nommé en remplacement Bruno Labbadia, son troisième entraîneur depuis le début de la saison,.

Keller, 40 ans, avait succédé au Suisse Christian Gross en octobre, mais le VfB, malgré une impressionnante victoire devant Brême (6-0), n'a pas redressé durablement la tête.

Sous sa direction, le champion d'Allemagne 2007 n'a engrangé que neuf points en neuf matches de Championnat et s'est incliné vendredi à Hanovre (2-1) lors du match avancé de la 16e journée.
Keller est le troisième entraîneur à perdre son poste cette saison en Bundesliga après Gross et Zvonimir Soldo (Cologne).

Agé de 44 ans, Labbadia, ancien international allemand, était sans emploi
depuis son licenciement par Hambourg en avril 2010. Il a signé un contrat de deux ans et demi, valable uniquement si le club se maintient dans l'élite.
Il traîne une réputation controversée après ses passages au Bayer Leverkusen (2008-09) et à Hambourg (2009-10) où il a connu à chaque fois six premiers mois impressionnants, avant de rencontrer des problèmes avec ses joueurs et ses dirigeants.

"Je suis conscient de la difficulté de la tâche, mais je suis persuadé que nous allons parvenir à atteindre notre objectif", a déclaré Labbadia lors de la conférence de presse officialisant son arrivée.
Le VfB est avec cinq titres de champion d'Allemagne l'un des clubs historiques de la Bundesliga et a toujours évolué dans l'élite à l'exception de deux saisons dans les années 1970.

"Notre club se trouve dans l'une des situations les plus graves de ces dernières années, il fallait un nouveau départ", a expliqué Erwin Staudt, le président du club, très critiqué par les supporteurs.

© La Dernière Heure 2010