Depuis la saison dernière, le Clearing Department de l'URBSFA surveille tous les transferts dans le football belge, afin d'éviter les pratiques malveillantes impliquant des agents. Le système a été mis en place dans le sillage de l'opération "Mains propres". Les clubs doivent demander (et recevoir) une autorisation pour chaque opération de transfert. La clearinghouse applique une série d'autres règles contre les intermédiaires véreux introduites en 2019.

Lors d'un contrôle de licence provisoire, la clearinghouse a remarqué que le Beerschot avait effectué deux paiements de 525 euros et 5.647 euros respectivement à la société de management Cherry Sports, sans avoir demandé d'autorisation préalable. Une infraction qui n'a pas été contestée par le Beerschot, mais lors de l'audience du comité disciplinaire, la direction des Rats a bien évoqué des circonstances atténuantes.

Par exemple, il s'agissait d'un paiement pour un accord avec l'agent, qui datait d'avant la nouvelle réglementation (1er juillet 2020). En outre, le Beerschot n'avait pas de conseiller juridique pendant la période où les deux transactions ont été effectuées, ce qui signifie qu'il n'y a pas eu de contrôle des nouvelles règles. "Des erreurs de jeunesse juste après une promotion", a plaidé Walter Damen, vice-président et avocat. Depuis lors, le club suit méticuleusement les règles. C'est pourquoi maître Damen a demandé une punition légère.

Le comité disciplinaire a accédé à cette demande. "Le club attribue les infractions commises à un concours de circonstances (erreurs de jeunesse et licenciement du conseiller juridique) sans qu'il soit question d'une violation délibérée des nouvelles règles. Il n'est pas contesté que depuis lors le club a suivi le règlement de manière ponctuelle et exemplaire et le club souligne qu'il continuera certainement à le faire à l'avenir", peut-on lire dans la motivation.