Le choc Argentine-Italie sourit aux latinos

Même sans Lionel Messi et Mario Balotelli, forfait sur blessures, le classique entre Argentins et Italiens a tenu ses promesses, sous l'oeil averti du pape François invité pour l'occasion et grand amateur de football.

Toujours aussi portée vers l'offensive, l'Albiceleste s'est cette fois appuyée sur Di Maria, excellent, pour offrir un beau spectacle, rapidement concrétisé par l'ouverture du score du néo-Napolitain Higuain. Banega a doublé le score pour les Argentins, qui ont vu le réveil italien sonner trop tard malgré la réduction du score d'Insigne (76e).


Une Seleçao apathique

Manifestement aussi peu concerné par ce match du mois d'août, le Brésil a déçu à Bâle face à des Suisses appliqués et volontaires. Le plus souvent dominateurs, les Helvètes ont fait la différence peu après la pause, grâce à la tête... contre son camp d'Alvès.

Hormis un tir de Paulinho sur la transversale en première période, la Seleçao s'est montrée brouillonne voire apathique, loin, très loin de sa brillante victoire en Coupe des Confédérations du mois de juin, qui avait fait de Neymar et sa bande de nouveaux prétendants à la victoire finale au Mondial-2014 organisé à domicile.


Pays-Bas et Portugal se quittent dos à dos 

A Faro, Cristiano Ronaldo a une nouvelle fois prouvé qu'il était la bête noire des Pays-Bas. Longtemps menée par des Néerlandais revanchards après leur défaite (1-2) en phase de poule de l'Euro-2012, la formation portugaise a préservé une invincibilité longue de 22 ans grâce à leur attaquant-vedette. Le Madrilène en est à quatre buts inscrits en autant de matches contre les Oranje.


L'Allemagne tenue en échec par le Paraguay

Malgré un effectif au complet, chose dont il se félicitait d'avance, le sélectionneur allemand Joachim Löw a dû être refroidi par le début de match catastrophique de la Mannschaft, rapidement menée 2-0, puis 3-2 à la pause, avant qu'elle ne décroche tout de même le nul à l'entrée du dernier quart d'heure.

Gundogan (18e) puis Müller (31e) ont vite égalisé, mais à l'instar du deuxième but paraguayen de Pittoni, le troisième de Samudio fut avant tout dû à une erreur défensive. Heureusement pour les Allemands, Bender a préservé l'essentiel (75e).


L'Espagne ne force pas contre l'Equateur

Peu après le match nul de l'équipe de France en Belgique, l'Espagne (qui figure dans le groupe I des éliminatoires du Mondial 2014 avec les Bleus) s'est assez facilement imposée (0-2) contre l'Equateur dans le cadre d'un match amical. Alvaro Negredo, le nouvel attaquant de Manchester City, a ouvert le score à la Madjer en première période (25e), avant que le milieu offensif d'Arsenal Santi Cazorla ne double la mise après l'heure de jeu (63e).


Ibrahimovic s'offre un triplé face à la Norvège

L'attaquant suédois du Paris SG Zlatan Ibrahimovic s'est fendu d'un triplé en sélection nationale contre la Norvège (4-2), neuf mois après un quadruplé réussi contre l'Angleterre (4-2) ponctué d'un somptueux retourné acrobatique.

"Ibracadabra" a encore été magique dans l'enceinte de la Friends Arena de Solna, dont les spectateurs peuvent s'estimer gâtés avec pas moins de sept buts marqués en deux matches amicaux par leur attaquant star.

Contre la Norvège, Ibrahimovic a rapidement ouvert le score (2) en remportant un face à face avec le gardien, avant de le doubler d'une balle piquée (29e), puis de réaliser le hat-trick parfait sur coup franc (58e).

La performance du Suédois rappelle ses quatre buts inscrits contre l'Angleterre le 14 novembre 2012, lors de l'inauguration du stade de Solna, dont le retourné lobbé hors de la surface de réparation est un chef d'oeuvre.

Déjà auteur d'un autre quadruplé avec la Suède contre Malte en 2004 lors des qualifications pour le Mondial-2006, "Ibra" compte désormais 44 buts en 91 sélections.


ET LES ADVERSAIRES DES DIABLES ?


L'Angleterre inquiétée par l'Ecosse

L'Angleterre, menée à deux reprises par une vaillante équipe d'Ecosse, a finalement arraché la victoire 3 à 2 grâce à un but de la tête de Rickie Lambert après l'heure de jeu, mercredi soir au stade de Wembley.

"Je rêvais (de marquer) toute ma vie. Cela est tellement important pour moi. J'ai essayé de rester cool toute la semaine, mais au fond de moi-même, je voulais hurler (de joie). C'était vraiment merveilleux", a réagi Lambert, qui effectuait ses débuts avec la sélection aux Trois Lions.

Les Anglais, qui ont aligné d'entrée leur buteur Wayne Rooney pourtant privé de compétition d'avant saison à Manchester United, ont été cueillis à froid par un but de James Morrison dès la 11e minute, au grand bonheur des quelque 20.000 supporteurs de la +Tartan Army+.

Et les hommes de Roy Hodgson ont dû attendre près de la demi-heure de jeu pour égaliser par Theo Walcott, sans pour autant calmer l'ardeur offensive des Ecossais.

Ainsi, Kenny Miller a redonné l'avantage aux siens peu après la reprise pour mettre en doute l'armada anglaise et gâcher la fête du 150e anniversaire de la création de la Fédération anglaise de football.

Cette fois, Danny Welbeck n'a laissé que quatre minutes aux Ecossais pour rêver d'exploit grâce à une tête piquante (53e). Et c'est aussi de la tête que Lambert, 31 ans et qui ne jouait même pas en D2 jusqu'en 2011, a donné la victoire aux Anglais (70e).

Les deux nations ne s'étaient plus affrontées depuis 14 ans.