Le coach du Standard est, comme Sollied et Leekens, une piste sérieuse pour succéder à Jacobs en fin de saison


Walter Baseggio signe à Mouscron


Dahmane casse son contrat à Genk


ANDERLECHT Ariël Jacobs n'est pas un magicien. Avec les moyens qui sont les siens et la crise de confiance traversée par son équipe, le successeur de Vercauteren ne pouvait pas faire des miracles et on ne peut pas l'en blâmer... La récolte très moyenne de 8 points sur 18 (dont seulement 1 point sur 9 en déplacement) depuis son entrée en fonction ne fait finalement que conforter le scénario attendu : en fin de saison, Jacobs redeviendra entraîneur-adjoint.

Pour l'instant, les dirigeants anderlechtois ont d'autres chats à fouetter et mettent toute leur énergie pour faire signer un vrai buteur. Ils n'en oublient pas moins le dossier de l'entraîneur et une piste sérieuse mène à... Michel Preud'homme. Si aucun contact n'a encore été pris entre Anderlecht et l'entraîneur du Standard, celui-ci arrive en fin de contrat à Sclessin en juin. Au Sporting, les décideurs seront très attentifs aux futures négociations de prolongation entre le Standard et son entraîneur actuel... Si elles venaient à ne pas aboutir, tout deviendra possible.

Preud'homme n'a-t-il pas le sang trop rouche pour entraîner Anderlecht ? Bien sûr, l'ancien gardien garde l'étiquette Standard, mais s'il forgeait des résultats probants avec les Mauves, elle pourrait très vite se décoller. Et si à l'heure actuelle, le Sporting songe à Preud'homme, c'est parce qu'il apprécie ses qualités et nullement pour tenter de déstabiliser la formation liégeoise...

Les étrangers sont très chers

Les bons entraîneurs étrangers étant pour la plupart impayables pour un club belge, fût-il Anderlecht, les dirigeants bruxellois tiennent d'autres coaches à l'oeil. Ils se montrent en effet également attentifs aux parcours de Trond Sollied et de Georges Leekens.

Le nom du tacticien norvégien a déjà été cité plusieurs fois dans le passé au Parc Astrid et le voilà qui circule à nouveau. À Anderlecht, ses détracteurs prétendent que le coach gantois est un entraîneur trop prévisible et qu'il n'est pas suffisamment apte à faire des résultats sur le court terme. Ses partisans rétorquent que le Scandinave se retrouve aujourd'hui à égalité de points avec Anderlecht, avec un noyau nettement plus limité.

Le troisième homme, c'est l'infatigable Leekens. Certains ne croient pas en son retour à Anderlecht, sa réputation défensive ne jouant pas en sa faveur. Mais Long Couteau est pourtant devenu une piste sérieuse dès le jour où Franky Vercauteren s'est fait limoger.

Sollied et Leekens ont le point commun d'avoir un contrat jusqu'en juin 2009. Anderlecht a pourtant les moyens, s'il le désire vraiment, de débaucher l'un ou l'autre, moyennant compensation financière à son ancien club.

La course au banc mauve est lancée. Dès le 1er février et la clôture du mercato, elle occupera la plupart des conversations au Parc Astrid...



© La Dernière Heure 2008