Anderlecht veut des playoffs et du foot entre Noël et nouvel an

Football

Yves Taildeman

Publié le

Anderlecht veut des playoffs et du foot entre Noël et nouvel an
© Photonews
La Belgique va-t-elle suivre l’exemple anglais en jouant en hiver ? Les clubs en discutent aujourd’hui

ANDERLECHT Anderlecht veut radicalement changer le calendrier de D1 à partir des saisons prochaines. D’une part, le championnat continuerait pendant la période de fin d’année, comme en Angleterre, en Ecosse et aux Pays-Bas (la trêve en janvier serait maintenue mais donc fortement écourtée). D’autre part, le Sporting souhaite que des playoffs aient lieu en fin de saison (également comme aux Pays-Bas), ce qui augmenterait le nombre de matches au sommet.

Podcast spécial Standard - Racing Genk


L’idée de Herman Van Holsbeeck de jouer en hiver a été examinée par la commission du calendrier de l’Union belge, qui propose deux dates : le 26 ou 27 décembre et le 29 ou 30 décembre. Aujourd’hui, les clubs vont débattre de ce sujet à la Ligue pro. Selon notre enquête (voir ci-contre), une petite majorité est pour le football hivernal mais contre les playoffs.

Stades combles en Angleterre, beaucoup d’argent TV
Les avantages de jouer au foot entre Noël et nouvel an sont multiples. En Angleterre et aux Pays-Bas, les stades – il est vrai, plus réchauffés que les nôtres – sont combles. D’au- tres dates pendant la saison seraient libres, ce qui permettrait par exemple aux Diables Rouges de mieux préparer un match. Et Belgacom TV se frotterait les mains : la majorité des gens est à la maison pendant cette période. Jouer fin décembre pourrait être un argument pour la chaîne de renouveler son contrat lucratif.

“On veut rendre le football plus attrayant, dit Van Holsbeeck. Si la formule marche en Angleterre et aux Pays-Bas, pourquoi pas ici ? D’ailleurs, ces idées font partie du plan Roger Vanden Stock.”

Les arguments contre : la météo, le repos et la tradition
Mais il y a évidemment aussi des arguments d’adversaires. De un : la météo. Chaque hiver ne sera pas aussi doux que celui-ci. Puisque Genk est le seul terrain qui dispose d’un système de réchauffement du terrain, beaucoup de matches devraient être remis en cas de neige ou de gel. Et le mauvais état des routes ne permettrait pas aux gens de venir au stade.

De deux : le repos des joueurs, qui déclarent souvent – à la mi-décembre – qu’ils sont fatigués. De trois : le manque de tradition dans notre pays. “Entre Noël et nouvel an, un Belge aime être en famille, à la maison”, dit Aimé Anthuenis. Walter Meeuws (Beveren) y ajoute : “Si on reçoit Anderlecht le 26 décembre, les gens sortiront de leur fauteuil. Mais si c’est Mons…”

De quatre : d’aucuns se demandent si le Belge est prêt à dépenser de l’argent pour le football, alors qu’il doit déjà casser sa tirelire pour acheter des cadeaux. Et de cinq : les étrangers – et il y en a pas mal dans notre championnat – veulent revoir leur famille. D’ailleurs, pour pouvoir bénéficier des avantages fiscaux (18 % au lieu de 50 %), des étrangers doivent passer deux mois hors de la Belgique.

Bref : même si l’idée est attra-yante, il reste un tas de points d’interrogation.

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info