le ministre des sports exposait sa stratégie visant à créer une dynamique pour le renouveau du football wallon


BRUXELLES "Il ne faut pas considérer la communautarisation du football belge comme un fléau. Elle est au contraire une opportunité", a estimé le ministre des sports en Wallonie et en Communauté française André Antoine", lundi midi lors d'une conférence de presse. Il y exposait sa stratégie visant à créér une dynamique pour le renouveau du football wallon.

"Voyez par exemple nos aéroports. Ils fonctionnent mieux depuis qu'ils ne dépendent plus du gouvernement fédéral..."
L'Association des clubs de football francophones (ACFF) n'est pas encore vraiment sur pied, mais le football fait désormais partie des compétences des pouvoirs régionaux et communautaires.

"Il est d'ailleurs pratiqué par un sportif sur quatre", souligne André Antoine. Sous-entendu: une proportion à peu près identique du budget (porté à 146 millions en 2011, soit une augmentation de 34 pc), doit lui revenir. Reste à voir comment utiliser cet argent, et à déterminer les critères d'attribution des subsides.

"Notre politique sera dynamique et ambitieuse", prévient André Antoine. "Je ne veux pas trop m'avancer, mais la formation sera certainement privilégiée. J'ai chargé un comité d'experts dirigé par Benoît Thans d'établir un rapport sur la situation du football en Wallonie (et à Bruxelles), et de faire des propositions. A partir de cette étude confiée à des gens du milieu du football très compétents (entre autres Philippe Saint-Jean, Marc Marchal et Jean-François Remy, outre bien sûr Benoit Thans, ndlr), il sera possible de déterminer et de mener pour la première fois une politique sportive pour le football francophone..."

© La Dernière Heure 2011