Dimitri Mbuyu se montre satisfait des prestations de l’attaquant israélien


MONS Avec le début du printemps et la fin de saison qui se profile petit à petit, certains joueurs se posent des questions sur leur avenir alors que les dirigeants des clubs préparent déjà leurs futurs noyaux. Prêté par La Gantoise depuis le mois de janvier, Shlomi Arbeitman ne sait pas encore de quoi son avenir sera fait. Celui-ci dépendra de la décision de Mons qui peut lever l’option d’achat qui existe dans le contrat de l’Israélien.

“Je suis content des prestations fournies par Shlomi depuis qu’il a déposé ses valises au Tondreau”, relate Dimitri Mbuyu, le conseiller sportif du club hennuyer. “Pour un joueur qui restait sur une longue période sans jouer régulièrement, et donc qui n’est pas à 100 %, je constate qu’il est bien présent. Enzo Scifo semble avoir le mê- me raisonnement puisqu’il le titularise depuis son arrivée. J’ai l’impression qu’un club familial comme Mons est un bon port d’attache pour Arbeitman qui s’est vite intégré dans le groupe. Il travaille sérieusement et sa mentalité est exemplaire. Il n’a pas encore eu beaucoup d’occasions depuis qu’il joue à Mons mais a mis au fond des filets les bons ballons qui lui sont arrivés. C’est un garçon qui doit mettre entre 10 et 15 buts par saison. Mon avis sur ce joueur est positif.”

Ce qui voudrait dire qu’il y ait de grandes chances pour que l’Israélien poursuive sa route au Tondreau. Surtout que son avenir ne semble pas dépendre de celui de Jérémy Perbet (NdlR : qui sera d’office transféré à Villarreal en cas de montée en D1 du club) comme l’évoquait Alain Lommers, le directeur général de l’Albert, il y a quelques semaines : “Le sort d’Arbeitman n’est pas nécessairement lié à celui de Perbet. Leur profil n’est pas exactement identique et, de toute manière, la somme que nous toucherions de Villarreal est bien supérieure à celle que réclame Gand.”

Une fois de plus, Mons pourrait réussir une bonne opération en pariant sur un joueur à la recherche de son meilleur niveau : “Vu notre petit budget, on se doit de se montrer créatif dans le recrutement”, conclut Dimitri Mbuyu. “Arbeitman est un pari comme de nombreux autres. Ils ont été payants avec des éléments comme Perbet, Zola, Le Postollec ou Nong.”

© La Dernière Heure 2013