Michel Preud'homme met son groupe en garde

SCLESSIN L'euphorie, c'est bien mais l'excès nuit en tout. En homme intelligent, Michel Preud' homme l'a bien compris. A force d'entendre certaines réflexions après la plantureuse victoire de vendredi, il a estimé utile d'insister sur l'humilité dont un groupe doit faire preuve pour qu'il continue sur l'excellente voie tracée. "Il faut que tout le monde reste très calme. J'ai l'impression que les gens estiment qu'il ne peut plus rien nous arriver. C'est faux. Tout peut encore survenir dans n'importe quel club. Il ne faut pas croire que nous allons battre Genk comme on met une lettre à la poste. Le Racing est leader parce qu'il le mérite et possède sept unités d'avance sur nous. Attention, ne planons pas , met-il en garde. Mais ce qui me satisfait, c'est que l'équipe a progressé et continue de le faire. Elle est beaucoup plus efficace même si elle peut encore s'améliorer sur des détails comme la concentration et le coaching mutuel."

Depuis sa prise de fonctions comme T1, le bilan des deux clubs est pratiquement équivalent. 35 sur 45 pour les Liégeois, 34 pour Genk. "Je ne veux pas parler du titre. Je préfère envisager les événements sous la forme de l'engrangement des points. Nous regardons d'abord notre moisson avant d'espérer que les autres perdent des plumes." Comment gère-t-il la saga Onyewu ? "Pour Genk, le problème est reporté puisque sa suspension m'oblige à ne pas tenir compte de sa présence dans la liste des sélectionnables." Est-ce qu'une solution est toute prête pour compenser son départ ? "Non. J'ai Coelho, Fred et Phibel (NdlR : et Dante). Pour un renfort offensif, l'idéal serait de trouver immédiatement ce qu'on veut, c'est-à-dire un avant rapide dans le style Jovanovic. Émile Mpenza répond au profil idéal. Mais si on ne trouve pas un renfort qui nous convienne parfaitement, j'ai des solutions avec Lukunku, Sa Pinto, Defour ou Conceição."



© La Dernière Heure 2007