" Si je dois défendre contre Igor, qu'on me donne une table", ironise Wambi

SCLESSIN La vie leur a permis de se rencontrer avant de vivre six mois sous le même toit de Sclessin.

Désormais, leurs chemins professionnels se sont séparés, mais la distance n'efface pas les atomes crochus qui les lient. "Comme j'ai déménagé du Sart-Tilman à Mons, on se voit moins", constate Wamberto.

D'autant que les séances de prière hebdomadaires (le mercredi) organisées par Wambi le protestant sont mises entre parenthèses. "Vous savez, au Brésil, l'ensemble de l'équipe se retire pour prier avant chaque match. Telle est la première chose qui m'a manquée lors de ma venue en Europe. Avant de pénétrer sur la pelouse, on demande toujours à ce que personne ne se blesse. Car il s'agit pour nous tous de notre boulot dont nous serions privés en cas de blessures."

Ces demandes au travers de la prière n'ont cependant pas toujours trouvé l'aval du Tout-Puissant , Wambi se voyant fracturer le péroné lors d'une visite à Genk. Avec son tempérament toujours positif, l'ancien Sérésien contourne ce contretemps. "Cet événement ne remet rien en cause. Certaines personnes pensent que prier s'assimile à solliciter des miracles ! Même blessé, on sait que l'on est protégé. Il y a pire dans la vie."

Pour Wamberto, un essai à Roulers a été à deux doigts de faire de lui un héros. "Peut-être qu'on gagnait alors ce match, qu'on était champions et que l'on m'élevait une statue" , rigole-t-il. "Moi, je veux la mienne", interrompt De Camargo sur le même ton de l'humour. "Maintenant que j'ai quitté le Standard, je reste néanmoins supporter du club liégeois qui a connu un début de campagne difficile. Mais, comme ils obtiennent des résultats, la pression et les critiques vont s'estomper... et les résultats s'enchaîner."

Wamb i se méfie de son ami. "En tout cas, qu'on ne me demande pas de venir défendre contre lui sur phases arrêtées. Ou alors qu'on m'apporte une table" , ajoute l'ancien Ajacide. "C'est aux Pays-Bas, où l'on bénéficie de plus de liberté d'action, que j'ai croisé le joueur qui m'a le plus impressionné : Jari Litmanen. Il m'a appris à mieux gérer mes courses et à terminer un match... prêt à en aborder physiquement un autre."



© La Dernière Heure 2006