C'est le but de la circulaire du ministre Dewael publiée hier au moniteur

BRUXELLES Malgré que le gouvernement soit en affaires courantes, les ministères ne s'arrêtent pas de travailler. Le SPF Intérieur, vient ainsi d'aboutir sur un dossier sensible avec la publication au moniteur hier de la circulaire OOP 40 visant à lutter contre les propos, slogans, banderoles ou actes racistes dans les stades de football.

Le dossier avait été l'un des chevaux de bataille du ministre de l'Intérieur suite à plusieurs incidents qui se sont produits dans notre pays lorsque des soi-disant supporters se sont mis à reproduire des comportements vus en Espagne, en France ou en Italie et notamment les fameux cris de singe chaque fois qu'un joueur d'origine africaine touchait le ballon. Le malaise sur le sujet était perceptible dans le chef de tous les acteurs et cette circulaire a le don de mettre les choses au clair à la veille de la nouvelle saison.

Elle s'adresse aux autorités compétentes (bourgmestres et polices), aux clubs de football de première, deuxième et troisième divisions ainsi qu'aux clubs et fédérations de supporters et c'est ici une première.

La circulaire établit toute une liste de comportements qui sont désormais persona non grata dans les stades. On y retrouve les cris de singe, la projection de bananes en direction de joueurs de couleur mais également les saluts nazis. Dans la même veine, les chants à connotation raciste et nazi sont proscrits ainsi que toutes sortes de symboles (t-shirts, écussons, banderoles, badges, drapeau...) faisant référence à Hitler et au troisième Reich. Les propos haineux comme : "Sale Juif, retourne en Israël !", "Sale Marocain, retourne dans ton pays !", "Mort aux Musulmans !" sont également proscrits.

Il revient aux clubs de football d'interdire l'entrée du stade aux individus affichant ouvertement de telles idées. Si ce n'est pas le cas et que durant le match des incidents de telle nature sont à déplorer, le club pourra diffuser des messages demandant au public de cesser ces comportements. En cas de poursuite des comportements racistes, c'est l'arbitre qui entrera en scène en pouvant interrompre la rencontre temporairement. Si cette interruption n'est pas de nature à calmer les ardeurs de certains, la rencontre pourra être stoppée définitivement.

Au-delà des sanctions, la circulaire prévoit également toute une palette d'outil de prévention que les clubs et les fédérations de supporters peuvent mettre en place afin de permettre, enfin, d'éradiquer le racisme et toute autre forme de discrimination des tribunes de nos stades.



© La Dernière Heure 2007