Christian Benteke fut indirectement mêlé à l'affaire Defour qui a divisé les deux clubs. Il retrouve le Standard ce soir

GENK "Je ne m'attendais vraiment pas à jouer cette année. Tout au plus, j'espérais participer aux entraînements du noyau A au début de la saison prochaine."

Le licenciement d'Hugo Broos et son remplacement par Ronny Van Geneugden ont propulsé, plus tôt que prévu, Christian Benteke (17 ans) sur la scène de l'élite. Il a déjà joué six matches (250 minutes) et même inscrit son premier but en D1 contre Dender. "C'était vraiment spécial, car c'était la première fois que mon père venait me voir jouer. Ce but, c'est donc aussi un peu grâce à lui" , se réjouit l'attaquant.

Mais bien avant cela, son nom n'était pas passé inaperçu. D'abord parce qu'il avait participé à la belle campagne de l'équipe nationale - 17 ans demi-finaliste de l'Euro 2007. Ensuite parce qu'il fut, bien malgré lui, au centre de l'affaire Defour qui divisa (et divise en somme toujours un peu) Genk et le Standard. Lorsque Jos Vaessen le chipa aux Liégeois, juste avant ses 16 ans, il clama haut et fort qu'il s'agissait de sa vengeance pour le dernier Soulier d'Or.

"Je suis bien loin de ces considérations. J'avoue que d'un côté, ça me dérange un peu que mon nom soit lié à cette histoire mais de l'autre, ça n'a aucune conséquence et tout ce qui compte, pour moi, c'est de jouer au football , poursuit-il. Je ne ressens d'ailleurs rien contre le Standard qui restera, quoiqu'il arrive, aussi de mes clubs de coeur. Je respecte entièrement tout le monde là-bas. À l'époque, si j'avais opté pour Genk, c'était essentiellement pour mener à bien mes études. Les deux séances par jour au Standard ne me convenaient pas. À Genk, la latitude était plus importante pour permettre cette combinaison. Avec le recul, c'était une bonne idée même si mes premiers mois, dans une langue que je ne maîtrisais pas, furent difficiles. Désormais, j'espère juste goûter de plus en plus à l'élite pour acquérir de l'expérience. Outre l'ambiance, la vitesse d'exécution m'a étonné. Il faut réfléchir et jouer plus vite. Comme les adultes."



© La Dernière Heure 2008