À n'en pas douter, Erling Haaland est un véritable phénomène. Avec 33 buts en 31 rencontres toutes compétitions confondues cette saison et 49 roses plantées en autant de rencontres depuis son arrivée à Dortmund, l'attaquant a déjà prouvé qu'il était plus qu'une hype. Idolâtré en Allemagne, l'ancien joueur de Salzbourg subit ses premières critiques au pays.

À l'image d'un Eden Hazard jadis (souvenez-vous de l'épisode du burger avec Leekens), il ne fait pas encore l'unanimité en sélection. Et ce malgré de bonnes statistiques avec six buts en neuf sélections. Mais lors des deux dernières rencontres des Norvégiens lors des éliminatoires à la Coupe du monde 2022 au Qatar, le joueur né à Leeds a déçu. Il a tout d'abord galvaudé un nombre incalculable d'occasions contre Gibraltar avant ensuite de disparaître complètement lors de la défaite face à laTurquie (0-3).

C'est bien cette dernière prestation qui pose question dans les médias natiaux. John Arne Riise, véritable légende vivante et vainqueur de la C1 avec Liverpool lors de la victoire mémorable contre l'AC Milan en 2004, a taclé son compatriote. "Il a reçu beaucoup d'éloges quand il montre son émotion quand ça ne va pas à Dortmund. Mais ici, on ne voit pas ça", a expliqué l'ancien latéral gauche à la TV norvégienne VGon.

Bernt Hulsker a également tiré à boulets rouges sur le joueur de 20 ans. "C'est décevant. Il ne joue pas avec la même confiance. Avec Dortmund, il se tape lui-même sur la tête s'il rate ce genre de passe. Il a abandonné. Je ne dis pas qu'il n'est pas intéressé par ce qui se passe sur la pelouse en sélection, mais c'est ce qu'il laisse percevoir."

L'association Odegaard et Haaland n'a pas bien fonctionné contre la Russie. Comme l'a pointé du doigt Morten Gamst Pedersen, lui aussi ancien international, sur les plateaux norvégiens. "J'ai senti que les forces de Haaland n'étaient pas utilisées correctement. Nous n'utilisons pas les transitions correctement. Nous avons l'une des meilleures paires d'Europe, mais nous ne savons pas la faire fonctionner."

Malgré les critiques, le joueur d'Arsenal a voulu défendre son compatriote du BVB. "Nous devons jouer un meilleur football pour lui créer plus d'opportunités" a-t-il expliqué après la débâcle turque. Ce mardi, l'attaquant aura certainement à coeur de mettre tout le monde d'accord. Et redevenir prophète en son pays.