L'engouement de la saison dernière: un fait unique?

BRUGES "Si le stade Roi Baudouin avait pu accueillir 100.000 personnes, toutes les places auraient été occupées..."

Luc Devroe évoque la finale de la saison dernière, apothéose attractive, entre le Club Bruges et le Standard, d'une édition de la Coupe exceptionnelle depuis les quarts de finale. Souvenez-vous : Bruges s'était défait malaisément de Courtrai; La Gantoise avait gagné deux fois de justesse contre Malines; le Standard avait dompté plus nettement l'Antwerp et Anderlecht avait marqué les esprits en infligeant six buts sans réplique au Racing Genk.

C'est loin d'être le cas chaque saison. Même les fidèles et enthousiastes supporters du Club - le recordman des victoires en finale - boudent cette compétition : "Ce mercredi, nous n'avons même pas vendu mille billets pour le match contre les Francs Borains", observe Luc Devroe. Sans émotion apparente : "La Coupe ne commence à faire recette qu'à partir des quarts de finale. C'est un fait. Comment réveiller son intérêt ? Je l'ignore. On a déjà formulé tellement de suggestions ! Je laisse aux réformistes de notre football, qui planchent déjà sur la refonte de la compétition, le privilège d'avancer des pistes. J'ai d'autres sujets de préoccupations."

Luc Devroe s'étonne toutefois : "Je ne comprends que des clubs de D2 qui sont donc censés vouloir accéder à l'élite vendent parfois le droit que leur a ménagé le tirage au sort d'évoluer à domicile. Ce faisant, ils bafouent leur propre compétition et affaiblissent la cohorte de ceux qui souhaitent voir l'élite portée à 20, 24 ou 36 clubs."

Le manager du Club Bruges vise, clairement, le VW Hamme.

Antoine Vanhove, l'ancien président - brugeois - du Comité sportif, croit en l'avenir de la Coupe : "Avec Cyrille Degroote, mon secrétaire de l'époque, nous avons établi un tirage au sort dirigé en seizièmes de finale. Ce système interdit toute confrontation entre clubs de D1... de la saison précédente, mais n'exclut pas quelques beaux matches. Parallèlement, nous avons attiré de nouveaux sponsors et convaincu les télévisions de diffuser l'événement. Le regain d'intérêt, la saison dernière, était manifeste. Il se confirmera peut-être cette année encore..."