Le président Vermeersch se montre satisfait des progrès affichés par son équipe mais veut encore plus

LENNIK Plutôt discret lors de la première partie de la saison, Johan Vermeersch a pris le taureau par les cornes pendant la trêve en modifiant la composition de son effectif. Douze joueurs sont partis ou doivent encore partir, sept nouveaux ont débarqué. Inquiet suite aux mauvaises 45 minutes disputées à Mons, le président est venu faire la leçon aux joueurs et au staff technique mardi dernier avec pour résultat une première victoire en 2007 ! Qui plus est, Matumona et Owona ont défloré leur compteur personnel parmi l'élite belge.

Au lendemain de ce succès, l'entrepreneur de Ternat savourait encore en famille, tout en restant bien les pieds sur terre. "Quand cela brûle, il faut que j'intervienne; souvent avec succès... Mais une victoire ne se commande pas; cela doit venir au bout du travail de la semaine mais aussi grâce à une bonne mise en place, une organisation adéquate et un bon coaching. Ce samedi, ces éléments furent tous présents et j'ai pu noter une nette progression. Derrière, on a fait preuve de solidité et au milieu, on occupait bien le terrain. Cela nous a permis de ne pas encaisser. Par contre, j'estime qu'on a encore 30 à 35 % de marge de progression. Il y avait encore trop de déchets à la relance et les flancs doivent apporter plus. Dans ces conditions, un garçon comme Bangoura - il doit encore beaucoup travailler, tout comme Negouai, pour résorber son retard - sera beaucoup plus efficace. Mais, dans l'ensemble, je suis content; j'en réfère notamment aux prestations de Gorius et de Matumona qui furent excellents, tout comme le duo Le Postollec-Culek au centre de la pelouse. Citony ? Il a reçu beaucoup de critiques positives lors de la préparation mais il doit encore me prouver qu'elles étaient méritées."

Omonga et Stojanovicdans le noyau B

Dès l'aurore ce lundi, et ce, l'espace de 48 heures, Dimitri Mbuyu aura du pain sur la planche pour tenter de trouver une solution pour recaser les indésirables au rang desquels se sont encore ajoutés Fabrice Omonga et Nenad Stojanovic qui prendront leurs quartiers dans le noyau B s'ils ne s'en vont pas. "Avec Albert Cartier, nous avons défini un noyau de 24 unités pour le second tour. Ces deux garçons n'en font pas partie" , précise Johan Vermeersch.



© La Dernière Heure 2007