Onze joueurs ont pris la porte au Brussels

MOLENBEEK Johan Vermeersch a passé un grand (!) coup de balai dans son noyau, et ce, en deux fois. Le premier juste avant les fêtes. Le second, voici quelques jours peu avant la fermeture du mercato .

Bilan de cette lessive : onze éléments ont dû vider leur armoire dans le vestiaire.

Patricio Bengui : se retrouve dans le noyau B. N'a pas joué une seconde au premier tour.

Kristoffer Andersen : le Belgo-Danois est parti chez les amateurs du Borussia Mönchengladbach. Il avait disputé douze des dix-sept premiers matches. Après avoir entamé la saison en fanfare, il s'est éteint mais la décision fut dure à son sujet.

Sofiane Benzouien : l'international espoir marocain s'est recasé dans l'équipe B de Santander. Très léger, il monta à cinq reprises au jeu au premier tour.

Cédric Dellevoet : onze minutes à son actif. Talentueux mais très (trop ?) léger. Un retour logique dans le noyau B.

Fabrice Omonga : vient de rejoindre OH Louvain. Titulaire presque indiscutable (il ne loupa qu'un match), ce travailleur sans relâche sembla trop limité sur les plans technique et tactique. Il devrait exploser en D2.

Cesare Oulaï : a disputé seulement quatre matches, sans toujours convaincre. Ira chez les réserves dès lundi.

Julien Pinelli : le petit gaucher venu de La Louvière fut trop souvent arrêté par des blessures. Il ne put jamais confirmer les espoirs placés en lui. Annoncé à Heppignies-Lambusart, il restera dans le noyau B où il devra se refaire une santé physique et morale.

Musaba Selemani : quatre petits matches. N'a jamais pris conscience de son réel talent. Tente sa chance en Chine.

Ebou Sillah : intenable l'été dernier en préparation, a disparu de la circulation par la suite. Il n'apporta jamais la créativité et la profondeur souhaitées. Fera-t-il mieux en Israël ?

Moussa Sanogo : l'Ivorien passa complètement à côté de son sujet. En l'espace d'un an, il n'a strictement rien apporté au Brussels. Va essayer de redresser la barre en Israël.

Nenad Stojanovic : la sanction la plus sévère à nos yeux. Johan Vermeersch espérait répéter le coup de De Camargo mais le Serbe n'est pas le même type de joueur. Et dans le concept d'Albert Cartier au premier tour, vu les soucis à l'époque et son retard physique, ce ne pouvait qu'être un échec. Blessé, il devra se refaire une santé dans le noyau B. À moins qu'il ne trouve en Turquie avant le 7 février.



© La Dernière Heure 2007