Avec Feyenoord, Thomas Buffel casse déjà la baraque aux Pays-Bas

CRAINHEM Thomas Buffel, pour vous, la rencontre de ce soir est un peu spéciale?

«C'est vrai que comme j'évolue dans le championnat des Pays-Bas avec Feyenoord, je suis plus impliqué dans ce match. Mais il ne faut pas oublier que la majorité des joueurs de l'équipe nationale évoluent en dehors de leur pays. Je ne vais pas retrouver sur notre route des adversaires que je croise régulièrement. Ma motivation et ma concentration seront, ce soir, à leur maximum comme lors de chaque affrontement. Ce n'est pas parce qu'on va défier les Pays-Bas que je vais changer quelque chose à ma manière d'aborder les débats.»

L'équipe des Pays-Bas est sur papier assez impressionnante. Quelles seront les objectifs des Diables Rouges lors de cet affrontement?

«Nous entrons dans la préparation du match capital que nous disputerons face à la Croatie le 10 septembre. Affronter les Pays-Bas représente un bon test pour mettre en place nos automatismes. Il est clair que les Hollandais possèdent des qualités que nous n'avons pas. Mais ce n'est pas pour cela qu'on ne peut pas gagner cette partie. Dans le passé déjà, l'équipe nationale a réalisé des performances face à des phalanges sur papier plus fortes.»

Avec des joueurs comme Hasselbaink, van Hooijdonk, Kluivert, Makaay, van Nistelrooy et van der Vaart, Dick Advocaat peut compter sur un potentiel offensif monstru- eux. Comment pouvez-vous expliquer cette abondance de biens chez nos voisins?

«Il y a un gros travail qui est réalisé au niveau de la formation des jeunes. Par rapport à la Belgique, c'est une culture différente. Le style de jeu proposé par les équipes hollandaises est, aussi, fort tourné vers l'offensive. Il ne faut pas oublier, non plus, que les Pays-Bas peuvent compter sur les éléments originaires de leur ancienne colonie du Surinam. Ce qui n'est pas négligeable...»

Comment voyez-vous la suite des qualifications pour l'Euro 2004?

«Je regrette encore notre partage contre la Bulgarie. On aurait dû revenir de ce déplacement avec une victoire. À cause de ce match nul, nous n'avons plus notre sort entre nos mains. Il faudra absolument battre la Croatie et l'Estonie pour rejoindre éventuellement le Portugal. Nous possédons les qualités pour atteindre cet objectif.»

L'an dernier, vous vous êtes révélé au grand public en réussissant une saison magnifique avec le Feyenoord Rotterdam (18 buts). Vous devez maintenant confirmer votre nouveau statut?

«Je vais entamer ce qu'on appelle régulièrement la saison de la confirmation. J'ai explosé l'an dernier et je dois maintenant poursuivre sur ma lancée. Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau. Je sais aussi que je vais être attendu au tournant par la presse et les observateurs. Si je pouvais réaliser la même saison que l'an dernier, je serais déjà heureux.»

Vous semblez déjà bien parti puisque vous avez délivré un assist et inscrit le but de la victoire lors du succès de Feyenoord (2-1) contre NEC Nimègue lors de la première journée de championnat?

«C'est vrai, mais je ne dois pas m'arrêter là. La saison est encore longue et je veux me montrer régulier pendant plusieurs mois. Ce n'est que comme cela que je vais pouvoir prendre une autre dimension.»

© Les Sports 2003