Les Loups remportent leur deuxième succès en 2005 et la sérénité revient

LA LOUVIÈRE Cela faisait trois mois, jour pour jour, que les Loups n'avaient plus fêté un succès. Hier, ils l'ont fait - et de belle manière - face à Beveren. Une victoire nette et sans bavures concrétisée par un hat-trick parfait d'Éloi en seconde période. La première mi-temps, disputée sur un tempo assez lent, ne permit à aucune équipe de faire la différence. Pourtant, à deux reprises, le duo Brahami-Eloi avait failli concrétiser une légère domination louviéroise marquée surtout dans le troisième quart d'heure. Dans les arrêts de jeu de cette première période, un penalty aurait pu être sifflé pour les Loups mais l'arbitre siffla un coup franc qui ne donna rien. Ce n'était que partie remise et dès le retour des équipes sur le terrain, les Hennuyers firent la différence. Van Handenhoven récupéra le ballon dans son camp avant de lancer Brahami dont le service aboutissait chez Éloi (1-0). La Raal était lancée vers un succès qui se confirmera rapidement. Peu après l'heure de jeu, Espartero arracha un ballon à Lardenoit aux abords du rectangle waeslandien et servait Éloi dans la foulée qui trompait adroitement Volders. Cinq minutes plus tard, le match était plié par les mêmes acteurs. Mario catapultait le cuir sur le front d'un Eloi qui ne se fit pas prier pour signer cette partie de son emprein- te indélébile.

Si Herman Helleputte admettait sans broncher la supériorité louviéroise, il n'était pas déçu par la prestation de ses joueurs, du moins en première période. Albert Cartier signalait, lui, la qualité du match: «J'ai vu un bon match, le mérite revenant aussi à la volonté et à la qualité de Beveren. Ne pas encaisser est toujours une grosse satisfaction pour moi.»

Quand il précisa que son équipe actuelle lutterait sans doute pour le maintien sur une saison complète, le Vosgien se dirigeait vers la campagne prochaine: «D'ici à la reprise, il y a cependant beaucoup de travail à effectuer pour améliorer les choses.»

Toujours pas officielle, la séparation entre la Raal et son coach - en juin - ne semblait plus faire de dou- te. Le mutisme de l'entraîneur des Loups sur le sujet en disant long et le «affaire classée» lancé par Filippo Gaone réaffirmait cette supposition. La raison? Le président reproche à son entraîneur de ne pas préparer la saison prochaine, en maintenant dans l'équipe des joueurs qui ne seront plus là. Le point de non-retour était-il atteint? On le pensait mais, après la rencontre et avant le départ de Cartier en France pour voir sa famille, le dialogue a été renoué sans que le contenu ne soit arrivé à nos oreilles. Lokeren n'étant plus intéressé, le Standard ne le semblant pas et l'avenir de Mons étant incertain, La Louvière ne constitue-t-elle pas le plus beau défi d'un entraîneur voulant rester en Belgique? En tout cas, s'il souhaite prolonger sa carrière au Tivoli, Albert Cartier devra respecter certaines prérogatives essentielles.

© Les Sports 2005