La Louvière - Beveren 3-0

LA LOUVIERE: Proto, Durieux, Guilmot, Toyes, Montoya, Brahami, Espartero, Van Handenhoven, Kwembeke (62e Ngoma), Pinelli (79e Clamy), Eloi (83e Dia).

BEVEREN: Volders, Mondakani, Lardenoit, Badjan, Diallo, Topka, Beugre, Mekeme (64e Togbe), Djire, Arunina (86e Bou-Sfia), Sanogo.

ARBITRE: M. Bultynck.

AVERTISSEMENT: Lardenoit.

LES BUTS: 48e, 66e et 69e Eloi (3-0).

LA LOUVIERE Ce n'était pas la grande foule au Tivoli pour une joute qui, il est vrai, ne présentait guère d'intérêt pour la compétition. Albert Cartier devait composer avec quelques défections sérieuses (Djebbour, Maton et Blay), Daineche étant suspendu et Zambernardi laissé au repos. Quant à Baynon, il s'apprêtait à rentrer de Slovaquie avec l'équipe nationale belge des moins de dix-huit ans. Tout profit pour le jeune Kwembeke, qui fêtait de la sorte sa deuxième titularisation de la saison. Dans l'autre camp, Herman Helleputte déplorait la suspension de Romaric, dont on connaît l'importance dans le dispositif waeslandien. On notait aussi l'absence de Ne pour pubalgie.

Les Louviérois, pour qui la dernière victoire (contre le Brussels) remontait à trois mois jour pour jour, acceptaient sportivement de retarder le coup d'envoi de dix minutes pour attendre la poignée de partisans beverenois ayant connu quelques ennuis avec des travaux autoroutiers d'envergure. La partie se voulait d'emblée sans rythme ni imagination avec seulement çà et là quelques escarmouches s'envolant dans les nuages du Centre. Tout au plus pouvait-on mettre en exergue la bonne volonté affichée d'un Eloi pour les uns et d'un Sanogo pour les autres. À part ça, les gardiens pouvaient franchement se contenter d'apprécier la clémence du temps. Les spectateurs aussi, d'ailleurs... On allait atteindre le repos lorsque la partie s'emballa l'espace d'une minute, la 45e... Sur passe de Brahami, Eloi faisait frissonner le public sur un envoi intéressant. Dans la foulée, le Français était descendu par Lardenoit. Réclamer le coup de réparation escompté fut vain pour les Loups et le coup franc de compensation qui s'ensuivit ne donna rien...

Dès la reprise, la Raal mettait la pression et s'en trouvait immédiatement récompensée, Eloi n'ayant plus qu'à ponctuer victorieusement la jolie percée de Brahami. Pinelli insistait mais trouvait Volders à la bonne place. La réplique de Badjan réveillait quant à elle quelque peu Proto... À la 66e, Eloi doublait la mise sur service d'Espartero et on avait déjà à ce moment le sentiment que la messe était dite, les Ivoiriens d'en face ne semblant pas décidés à se faire violence. Trois minutes plus tard, Eloi, encore lui, entérinait ce jugement en reprenant de la tête un coup-franc d'Espartero, ce qui constituait le véritable coup du chapeau pour Wagneau, dont c'était vraiment la fête ce samedi. La Saint-Eloi, donc... Sanogo, qui fut le seul Beverenois à vraiment essayer quelque chose quel que soit le moment de la partie, tenta bien l'une ou l'autre chose, comme cette reprise de la tête à côté à un quart d'heure de la fin, mais la phalange louviéroise put sans frayeur aucune se contenter de frayer les affaires courantes. Albert Cartier mettait par ailleurs un point d'honneur à faire participer le maximum d'éléments à la fête.

Dame! Après ces mois de disette, de polémiques et de pression médiatique, cela fait du bien de se signaler par un nouveau succès, le deuxième en 2005, qui plus est sur un score aussi éclatant. On voudrait croire que cette victoire contribuera à ramener un peu de sérénité et de calme au boulevard du Tivoli. Si ces trois points mettront du beurre dans les épinards des Centraux, on peut cependant penser que la fin de championnat sera encore quelque peu agitée en coulisses, à l'image de tout le deuxième tour des Loups. La situation d'Albert Cartier, par exemple, sera vraisemblablement de nature à alimenter les bavardages de comptoir. En attendant, pour une fois depuis quelque temps, on a reparlé football et rien que football à La Louvière et c'est très bien ainsi...

© Les Sports 2005