L'AC Milan accueille la Sampdoria de Gêne qui sera un des adversaires du Standard en UEFA

Résulats et classement du Calcio

TURIN La Juventus (11e) et la Roma (14e), dont le début de saison est sans rapport avec les ambitions de titre, entendent se ressaisir, mais la mission est périlleuse, au regard de l'identité des adversaires lors de 7e journée du championnat d'Italie samedi et dimanche: Naples et l'Inter.

La situation: la Juve avait plutôt bien démarré la saison, puis elle a calé avec deux nuls, avant de concéder sa première défaite, à Turin, contre Palerme (1-2), rétrogradant de la 2e à la 11e place. La Roma, de son côté, alterne le bon chez elle (2 victoires et 1 nul) et le mauvais à l'extérieur (3 défaites). Certes, Turinois et Romains ne sont pas irrémédiablement décrochés avec 4 et 6 points de moins que les leaders, mais une réaction s'impose au risque de perdre bien davantage pied.

Les motifs d'espoir: la "mini trêve" de deux semaines imposée par les matches internationaux a permis aux deux formations de se préparer plus sereinement. A la Juve, les dirigeants, les joueurs et l'entraîneur Claudio Ranieri se sont réunis jeudi et ont déclaré "l"union sacrée". A la Roma, le capitaine Totti, qui n'a joué que quelques minutes depuis le début de la saison en raison d'une blessure au genou droit, a recommencé à s'entraîner normalement. L'autre bonne nouvelle, c'est que le milieu Aquilani, décevant jusque-là, revient "gonflé à bloc" après avoir inscrit les deux buts du succès de la Nazionale contre le Monténégro (2-1).

Les motifs d'inquiétudes: trois titulaires, et non des moindres, sont sur le flanc à la Juve: le gardien Buffon, les milieux Camoranesi et Zanetti. Des absences qui s'ajoutent à celle de Trezeguet, qui ne reviendra qu'en 2009, à la suspension du milieu Sissoko et aux incertitudes qui pèsent sur le défenseur Legrottaglie et l'attaquant Iaquinta. Un genre d'hécatombe qui n'épargne pas non plus la Roma. Outre le fait que Totti n'a certainement pas 90 minutes dans les jambes, les deux défenseurs Mexès et Panucci sont suspendus tandis que le milieu Pizarro demeure très incertain.

Les adversaires: à Naples samedi, les Bianconeri vont rencontrer une des équipes surprises du début de saison. Même si elle a concédé sa première défaite il y a deux semaines (3-2 face au Genoa), l'équipe parthénopéenne, portée par l'attaquant argentin Lavezzi et le milieu slovaque Hamsik, est redoutable à domicile. En plus, Naples-Juventus, c'est un concentré de rivalité entre le Nord et le Sud du pays, ce qui ne manque pas de rajouter du piment. A Rome dimanche, les Giallorossi, vice-champions ces deux dernières saisons, vont affronter l'Inter, double championne sortante. L'équipe milanaise est actuellement 1re ex aequo avec la Lazio et l'Udinese. L'an passé, elle avait pris l'ascendant sur la Roma en s'imposant nettement 4 à 1 au stade Olympique.

Le futur: un succès, ou, pour le moins, une bonne prestation d'ensemble, est d'autant plus impératif pour les deux équipes que, quelques jours après, elles vont toutes deux se frotter à des ténors en Ligue des Champions: la Juve accueillera le Real Madrid mardi tandis que la Roma ira défier Chelsea mercredi. "Inter et Chelsea, ça nous fait trois jours vraiment terribles, admet Aquilani. Mais c'est aussi l'occasion de sortir de cette mauvaise passe".

Le programme :

Samedi

(18h00) Fiorentina - Reggina
(20h30) Naples - Juventus

Dimanche

(15h00) Bologne - Lazio
Catane - Palerme
Chievo - Atalanta
Genoa - Sienne
Lecce - Udinese
AC Milan - Sampdoria
Torino - Cagliari
(20h30) AS Rome - Inter.

© La Dernière Heure 2008