"Nos clubs de foot sont des sociétés brassant des millions, on ne peut pas suspendre des dirigeants qui n'ont pas été condamnés définitivement"

ROME La Ligue italienne de football (Lega) a demandé jeudi la modification du règlement de la Fédération (FIGC) pour éviter une suspension aux présidents de la Lazio Rome et de la Fiorentina, condamnés par la justice civile dans l'affaire du Calciopoli, le scandale des arbitres influencés.

"Nos clubs de foot sont des sociétés brassant des millions, on ne peut pas suspendre des dirigeants qui n'ont pas été condamnés définitivement, et qui en outre ont déjà écopé d'une sanction sportive pour les mêmes faits", a écrit la Lega.

Son Conseil s'est réuni en assemblée extraordinaire aux fins d'éviter une suspension de leurs fonctions à Claudio Lotito, président de la Lazio, Andrea Della Valle, président honoraire et propriétaire de la Fiorentina, et Sandro Mencucci, administrateur délégué du club florentin.

Ils ont été tous trois, parmi d'autres, condamnés à des peines de prison ferme pour leur implication dans le scandale du Calciopoli, lors du procès en première instance à Naples, la semaine dernière.

"A un moment où tant de responsables du football italien essaient d'en finir avec le passé (le Calciopoli, ndlr) pour construire un meilleur avenir, pour la Lega l'unique problème urgent est de modifier le règlement", a ironisé le président du Comité olympique italien, Gianni Petrucci.

Les présidents de la Lega, de la Juventus Turin et de l'Inter Milan, notamment, doivent se réunir prochainement en présence de M. Petrucci pour lisser le conflit entre la Juve et les instances. Le club bataille actuellement sur tous les fronts judiciaires pour récupérer les titres 2005 et 2006 qui lui ont été retirés par la justice sportive en 2006 pour sa responsabilité dans le Calciopoli.

© La Dernière Heure 2011