Football Le Standard s'offre Bruges tandis qu'Anderlecht s'impose dans le Limbourg. Mouscron est bon quatrième. Mons et Charleroi derniers

BRUXELLES Après la victoire des Liégeois ce vendredi soir sur les Flandriens de Bruges; ce samedi, en début de soirée, Anderlecht ne s'est pas fait prier pour aller s'imposer par le plus petit écart sur la pelouse du Racing Genk (0-1). On ne peut pas dire que les Bruxellois livrèrent leur plus belle partie de la saison, loin de là même.

Et, si le Bosniaque Beslija ne s'était pas montrer aussi gauche devant un Zitka intraitable, les Limbourgeois aura pû mener par 2 deux buts à zéro avant la demie-heure de jeu... Il n'en fut rien et c'est Mornar qui eut le privilège d'ouvrir le score en fin de premier acte. Anderlecht possède donc... 16 points d'avance sur Bruges et toujours huit sur le Standard! Genk? Les Limbourgeois sont-ils vraiment dans la course? Le pire, c'est que même en étant plus que moyen, le Sporting domine plus que jamais. Inquiétant?

Ce samedi soir, Charleroi se déplaçait en territoire Hurlu. Les Zèbres s'en retournent avec un 3-0 pour le moins corsé et le secret espoir que Mons batte Heusden ce dimanche... Une nouvelle foi, c'est Mbo Mpenza qui aura ouvert la voie à l'Excelsior pour cette septième victoire. En tout cas on ne se fait pas de cadeau entre clubs wallons malgré la Saint-Nicolas!

Les Loups prennent un maigrelet point face à St Trond. On a le sentiment d'un petit sur place du côté des troupes d'Ariel Jacobs en ce moment malgré 20 unités au compteur. Les problèmes offensifs gâcheront-ils le second tour?

Notons encore, pour ce samedi soir, la défaite du Lierse face à Westerlo sur ses propres terres, le réveil gantois à l'Antwerp et la nouvelle défaite de Lokeren.

L.Dp



Divisions nationales, provinciales, ABSSA, corporations,...: TOUS LES RÉSULTATS ET CLASSEMENTS





STANDARD - FC BRUGES 3-1

Les étoiles rouches


SCLESSIN En s'imposant face à un concurrent direct pour une qualification pour une Coupe d'Europe, le Standard s'est un peu plus rapproché des étoiles de la Ligue des Champions que le Club Brugeois, son adversaire du soir, disputera encore ce mardi face à l'Ajax. Grâce à la vivacité de ses redoutables attaquants, à un Moreira particulièrement en verve et un Walasiak retrouvé, le Standard relègue, en effet, son adversaire du soir à huit unités d'une 2e place que les Liégeois occupent, désormais, confortablement.

Du côté brugeois, Trond Sollied alignait le même dispositif que lors de la victoire à Milan mais avec un effectif complètement remanié puisque si De Cock tenait finalement sa place, l'entraîneur norvégien du Club était tout de même privé de la majeure partie de sa force offensive puisque Stoica, Saeternes, Mendoza et Lange avaient déclaré forfait.

Au Standard, Dominique D'Onofrio, privé lui aussi de pions importants comme Bisconti ou Bangoura, avait décidé de maintenir Sorondo au poste de demi-défensif tout en demandant à Mumlek et à Walasiak, positionnés sur les flancs, de protéger l'Uruguayen. L'entraîneur liégeois avait demandé à Aliyu et à Moreira de soutenir Emile Mpenza en pointe. Le trio offensif rouche en fit d'ailleurs voir de toutes les couleurs à une défense brugeoise statique à l'image de Rozehnal, méconnaissable. Il ne fallut d'ailleurs qu'un quart d'heure pour voir la ligne arrière flandrienne voler en éclats lorsque Moreira réceptionna un long dégagement de Carini et adressa d'une pichenette audacieuse un ballon que Mpenza, positionné à la limite du hors jeu, contrôla de la tête avant de le catapulter d'un puissant tir croisé hors de portée de Verlinden (1-0).

Auparavant, les Brugeois s'étaient créés deux timides occasions mais le portier uruguayen s'était interposé avec autorité. Les Liégeois avaient retenu les leçons d'un passé pas si lointain. Dans ce genre de confrontation, il faut toujours faire preuve de réalisme car les occasions sont rares. Deux minutes après le but d'ouverture, Walasiak s'arrachait et adressait du pied gauche un ballon que Moreira, isolé, exploitait victorieusement (2-0).

Mumlek suspendu à Charleroi

Ce furent les seuls véritables faits d'arme d'une première période haletante tant d'un point de vue tactique que par le rythme soutenu de ses échanges. Malgré son avance au marquoir, les attaquants du Standard ne relâchèrent pas leur pression et obligèrent la défense brugeoise à relancer de manière approximative le ballon vers la gauche où Van Der Heyden mit sérieusement en difficulté Turaci. Qu'à cela ne tienne, Carini veillait aux grains. Les Rouches procédèrent en contre et Moreira faillit même alourdir le score lorsqu'il croqua trop son envoi.

Les Standardmen semblaient, enfin, gérer le match jusqu'à ce que Dragutinovic repousse du coude dans son rectangle un centre. Simons réduisait l'écart sur le penalty, mais Kimoto mit fin à tout suspense peu après (3-1).

STANDARD: Carini; Turaci, Enakarhire, Dragutinovic, Vandooren; Walasiak, Sorondo, Mumlek (75e Cavens); Moreira, Aliyu (81e Kimoto); Mpenza (90e Kaklamanos).

BRUGES: Verlinden; Maertens, Simons, Rozehnal (69e Roelandts); De Cock, Englebert, Clement, Van Der Heyden; Smolders, Martens (76e Hermans); Verheyen.

ARBITRE: M. Ver Eecke.

AVERTISSEMENTS: Aliyu, Van Der Heyden, Mumlek, Turaci, Clement, Cavens.

LES BUTS: 15e E. Mpenza (1-0), 17e Moreira (2-0), 81e Simons sur pen. (2-1), 86e Kimoto (3-1).

Frédéric de Biolley


GENK - ANDERLECHT 0-1

Le cynisme du champion...


GENK Pour son septième déplacement du championnat, Anderlecht a engrangé sa septième victoire, hier, à Genk. Sans sortir une prestation convainquant avant leur déplacement crucial de mercredi, au stade olympique de Munich, les Bruxellois ont répondu au Standard en reprenant leurs distances et en renvoyant leurs dauphins à huit points. Le Standard se consolera en se disant qu'il fait le trou avec... Genk, pour la deuxième place.

Côte limbourgeois, Sef Vergossen proposait une équipe inédite, hier en début de soirée. Avec Zokora et Leenders suspendus et Mokoena blessé, l'entraîneur néerlandais faisait confiance au duo Soley-Vaesen dans l'axe central de sa défense. Il laissait Janssen et Roussel sur le banc et titularisait le seul Kpaka en pointe, devant un entrejeu renforcé avec Chatelle et Daerden en soutien. Hugo Broos, lui, proposait tout simplement son équipe-type, avec le retour d'Aruna, Kompany, Zewlakow et Mornar dans un 4-4-2 traditionnel où De Boeck et Zetterberg devaient se contenter du banc de touche.

La première mi-temps, même si elle fut d'un niveau général très moyen, fut à mettre à l'actif des joueurs locaux, avec le Bosniaque Beslija, futur adversaire des Diables Rouges en Coupe du Monde, en héros malheureux. A trois reprises, en effet, le médian s'est retrouvé seul devant Daniel Zitka: par deux fois, c'est le gardien anderlechtois qui sortit brillamment vainqueur du duel et la troisième ne fut pas la bonne, puisque Beslija envoyait le cuir dans les nuages! Trois occasions en or, pourtant, d'ouvrir le score.

Le Racing Genk à treize points!

Mais au repos, c'est Anderlecht, au contraire, qui menait au score. Malgré un jeu très brouillon et sans génie, les Anderlechtois profitaient pleinement d'une bourde du Gambien Soley, qui perdait, en glissant, le cuir à l'entrée de son rectangle. Il suffisait dès lors à Aruna de déposer le ballon sur la tête de Mornar qui faisait mouche. Les Bruxellois étaient très bien payés après quarante-cinq minutes sans aucun relief.

À la reprise, mis en confiance par leur réussite, les leaders jouaient enfin (un peu) mieux et à l'heure de jeu, Aruna, idéalement lancé par Baseggio, pouvait tuer tout suspense, mais Moons déviait l'envoi et Roumani sauvait sur la ligne.

Anderlecht, dès lors, s'est contenté de contrôler les débats. Vergossen réagissait en introduisant Vandenbergh, Roussel et Janssen pour renverser la tendance, mais sans effet sérieux: Genk n'a pas hérité d'une seule véritable occasion en deuxième période.

Alors que le Sporting, qui introduisait Pär Zetterberg pour garder encore plus la mainmise sur le jeu, aurait pu alourdir le score en fin de partie, par l'intermédiaire du Suédois, justement, ou d'Oleg Iachtchouk, monté au jeu pour Aruna Dindane.

Et au bout du compte, sans forcer, Anderlecht infligeait à Genk sa première défaite à domicile de la saison. À vingt heures, hier, les Limbourgeois pointaient à treize points des Mauves...

GENK: Moons, Priske, Soley, Vaesen, Roumani, Beslija, Thys, Daerden, Sigurdsson (73e Janssen), Chatelle (79e Vandenbergh) et Kpaka (73e Roussel).

ANDERLECHT: Zitka, Zewlakow, Tihinen, Kompany, Deschacht, Wilhelmsson (75e Hendrikx), Hasi, Baseggio, Kolar (75e Zetterberg), Mornar et Aruna (68e Iachtchouk).

ARBITRE: M. Verbist

AVERTISSEMENTS: Baseggio, Kolar, Seyfo

LE BUT: 45 e Mornar (0-1)

Christophe Berti


MOUSCRON - CHARLEROI 3-0

Les Hurlus retrouvent leur quatrième place


MOUSCRON Quelques petites surprises dans la composition de l'équipe mouscronnoise à l'occasion de la venue de Charleroi au Canonnier. Geoffrey Claeys, touché aux côtes, cédait sa place à Olivier Besengez qui effectuait ainsi son grand retour après plusieurs mois d'absence. Sa dernière apparition remontait au 20 avril 2003 lorsque les Hurlus s'étaient inclinés lourdement face au GBA (1-6). Sur le flanc droit de la défense, Teklak était préféré à Charlet. En ce qui concerne l'attaque, Mbo Mpenza était bel et bien présent pour animer ce secteur de jeu aux côtés du jeune Luigi Pieroni. Du côté de Charleroi aussi, l'entraîneur avait réservé quelques petites surprises, Lokembo et Sylla remplaçaient respectivement Fernandez et Sylla sur le flanc gauche. Kargbo était aligné en défense centrale alors que Defays s'occupait du flanc droit juste derrière Olufade.

Les Hurlus étaient les premiers à se montrer dangereux par l'entremise de ce Diable de Mpenza. Christophe Grégoire lançait intelligemment l'aîné des frangins, Kargbo ne pouvait l'arrêter autrement qu'en commettant la faute mais l'arbitre de la rencontre n'estimait pas devoir accorder le premier penalty de la saison aux hommes de Georges Leekens. Les locaux ne se formalisaient pas et continuaient leur course en avant en direction des buts défendus par Laquait. Avant le quart d'heure, Pieroni se créait deux occasions de but mais ne parvenait pas à les conclure. La première voyait sa frappe, trop croisée, terminer sa course en sortie de but alors que la deuxième était sauvée à même la ligne par Olufade. À la vingtième minute de jeu, Kargbo commettait une nouvelle faute sur Mpenza, cette fois, l'arbitre accordait un coup franc à l'entrée du rectangle pour les Hurlus mais la tentative de Dugardein était repoussée par le mur, Martic en embuscade, reprenait de volée mais son envoi passait juste au-dessus des buts carolos. Les hommes de Waseige se créaient leur première opportunité à la 33e minute de jeu. Traore remettait en retrait, de la poitrine, à Dufer qui tentait sa chance, la frappe était déviée par un défenseur mouscronnois mais Vandendriesche réussissait à s'en saisir. A cinq minutes de la pause, De Vleeschauwer obtenait une belle occasion d'ouvrir la marque sur un corner mais son heading était bien capté par le portier des Zèbres. Pendant ce temps-là, Kargbo continuait à matraquer inlassablement Mpenza et l'arbitre décidait finalement d'avertir le défenseur visiteur à deux minutes de la pause. Quelques secondes plus tard, sur un coup franc donné par Dugardein, De Vleeschauwer était à deux doigts d'ouvrir la marque mais son heading était repoussé du bout des doigts par Laquait.

Dès leur retour des vestiaires, les Hurlus affichaient leurs ambitions en se lançant à l'assaut des buts de Laquait. Après seulement deux minutes de jeu en deuxième période, l'aîné des frangins récupérait, dans le grand rectangle carolo, un ballon judicieusement dévié par Pieroni, Mbo ne se posait pas de question et trompait subtilement le dernier rempart de Charleroi. Malgré une belle domination territoriale, les hommes de Leekens ne réussissaient pas à faire le break. C'était sans compter sur la détermination de Luigi Pieroni. Le Liégeois récupère un ballon manqué par Mpenza et l'envoyait, en force, au fond des filets des buts carolos. Ce deuxième but donnait des ailes aux frontaliers qui accentuaient leur pression sur la défense de Charleroi qui commençait à donner quelques signes de fatigue. Dugardein en profitait à deux minutes du terme. Bien servi par De Vleeschauwer, le médian mouscronnois clôturait la marque d'une belle frappe croisée.

Cette victoire permet aux Mouscronnois de reprendre leur quatrième place au classement général juste devant Bruges.

MOUSCRON: Vandendriessche, Teklak, Besengez (46e Charlet), Beloufa, Catrain, De Vleeshauwer, Dugardein, Martic, Grégoire, Pieroni (83e Coulibaly), Mpenza (89e Empoke).

CHARLEROI: Laquait, Defays (66e Detal), Kargbo, Sama (46e Ciani), Sylla, Lokembo, Maquet, Kere (73e Chabaud), Olufade, Traore, Dufer.

ARBITRE: M. Gummienny.

AVERTISSEMENTS: Laquait, Olufade, Kargbo.

LES BUTS: 49e Mpenza (1-0), 67e Pieroni (2-0), 89e Dugardein (3-0).

Les cotes des joueurs

Mouscron

Vandendriessche 5,5: difficile de juger un gardien sans travail.

Teklak 5,5: préféré à Charlet au back droit, puis replacé dans l'axe après le retrait de Besengez, il s'est battu sur tous les ballons.

Besengez 5: une rentrée contrariée par un problème physique très tôt dans le match.

Beloufa 5,5: présent dans le trafic aérien.

Catrain 5,5: match sobre, sans tentative de débordement.

Dugardein 5,5: peu mis à contribution dans l'entrejeu.

De Vleeschauwer 5: emble un peu fatigué. Éprouve des difficultés à terminer ses actions.

Martic 5,5: joua sur son placement, tranquille. Trop peut-être.

Grégoire 5,5: d'une passe, peut faire basculer un match, mais manque parfois d'agressivité.

Mpenza 6: un nouveau but. Ne fut pas épargné par Kargbo.

Pieroni 6: beaucoup de travail et de présence. Et un goal.

Charlet 5,5: rentra à la pause au back droit, sans être inquiété par Lokembo.

Charleroi

Laquait 6: il reste la valeur sûre de son équipe.

Defays 4,5: retour sur le flanc droit pour le capitaine qui ne s'y est pas senti très à l'aise.

Sama 5,5: en dépit d'une douleur persistante à la cheville, on s'est rendu compte après son retrait qu'il était indispensable à la défense carolorégienne.

Kargbo 5: toujours énergique, le joueur sierra-léonais reste trop souvent impétueux.

Kanfory 4,5: s'est convenablement acquitté de sa tâche mais s'est montré très discret.

Olufade 5: il a souvent appelé le ballon en vain sur son flanc droit si bien qu'il ne put jamais exprimer son registre.

Kere 5: noyé au centre de l'entrejeu, le Burkinabé n'a pratiquement jamais pu s'exprimer.

Macquet 4,5: eut peu l'occasion de faire bon usage du ballon.

Lokembo 5: a au moins le mérite de tenter quelques incursions mais ne put terminer ses actions.

Dufer 5,5: le seul à donner l'impression de vouloir s'approcher du but.

Traore 4,5: on l'a peu vu à son avantage mais les sollicitations furent rares, voire nulles!

Ciani 4,5: à peine monté au jeu, les Mouscronnois ont pris les devants et les Carolos ont jeté l'éponge.

Detal 4,5: retrouve difficilement son rayonnement.


Grégory Delreux


LA LOUVIERE - ST TROND 0-0

Pas de cadeau pour les Loups


LA LOUVIÈRE Nouveau partage à domicile pour les Loups et même si la première période fut à l'avantage des Centraux, on ne peut absolument pas dire que les joueurs de Mathijssen ont réalisé le hold-up du siècle.

Dans les surprises qu'il réserve chaque semaine au moment de coucher son équipe sur la feuille, Ariel Jacobs avait innové en relançant Guilmot à droite, mais aussi Cooreman dans l'axe de l'entrejeu. Odemwingie était placé à gauche, ce qui semblait lui réussir puisque son début de match était explosif. Après 17 secondes, il mettait Voets dans le vent et centrait avec précision sur la tête de Cooreman qui voyait sa reprise échouer sur la barre.

Les Loups étaient tellement bien dans le match que les Trudonnaires étaient obligés de commettre de nombreuses fautes pour enrayer la mécanique louviéroise. Odemwingie, encore lui, était contré in extremis avant que les Limbourgeois ne mettent le nez à la fenêtre par M'Bonabucya mais Proto était attentif et sortait bien dans les pieds du Congolais.

Les Louviérois reprenaient bien vite la direction des opérations et Van Den Bossche obligeait Belic à un beau plongeon pour éviter le premier but. Mais la plus belle occasion était à venir, à la 34e minute. Murcy débordait son adversaire avec une accélération dont il a le secret. Son centre en retrait trouvait Cooreman mais son envoi était repoussé brillamment... dans les pieds d'Odemwingie. Qui tirait à côté alors que le but vide s'offrait à lui. L'équipe locale méritait certainement de mener au score mais, une fois de plus, son manque de réalisme la privait d'une belle récompense. Un dernier coup franc d'Odemwingie ne passait pas très loin de l'objectif, pas de quoi toutefois s'enthousiasmer outre mesure.

La seconde période ne démarrait pas sur les chapeaux de roue et il fallait sept minutes pour que le Tivoli se réveille via un relais entre Odemwingie et Murcy, l'envoi du joueur français était trop peu appuyé pour inquiéter vraiment Dusan Belic. À dire vrai, le public marquait son mécontentement de façon très nette et pourtant, les Loups mettaient du coeur à l'ouvrage. Et cela en dépit d'un manque flagrant d'occasions nettes. La montée au jeu de Tilmant à la place de Cooreman peu avant l'heure de jeu ne constituait même pas le détonateur tant attendu par la meute des supporters. Et même, Janssen obligeait Proto à repousser le ballon des deux poings.

Ariel Jacobs cherchait alors à forcer la décision en introduisant Ishiaku à la place d'un Camus qui s'était éteint un peu à la fois. Mamouni était tout près de débloquer la situation sur une incursion de Guilmot mais il était dit que la Raal ne parviendrait pas à trouver l'ouverture. Les sifflets étaient de plus en plus nombreux, surtout lorsque les Louviérois laissaient filer de belles occasions de contre par manque d'inspiration. Van Geel avait même la balle de match au bout du pied mais Silvio Proto montrait que son erreur gantoise n'était qu'un accident de parcours dans une première partie de championnat de qualité. Voilà un avantage qui n'aurait certainement pas été mérité pour des Canaris qui avaient pris l'option d'attendre.

LA LOUVIERE: Proto, Guilmot, Onyewu, Siquet, Klukowski, Van Den Bossche, Camus (71e Ishiaku), Mamouni, Cooreman (58e Tilmant), Odemwingie, Murcy.

SAINT-TROND: Belic, Voets, Dello, Hayen, Caers; Buvens (79e Van Geel), Verjans, Van Imschoot (66e De Ceulaer), Vrancken, M'Bonabucya, Janssen (86e Baratto).

ARBITRE: M. Breda.

AVERTISSEMENTS: Caers, Buvens.

Grégory Dufert


MONS - HEUSDEN-ZOLDER 1-2

Les Dragons se font hara-kiri


Les Limbourgeois abandonnent la lanterne rouge et les Hennuyers occupent, eux, une place de descendant

MONS Hier, les joueurs de Sergio Brio ont gaspillé leur belle victoire de la semaine dernière à Westerlo en s'inclinant sur leur pelouse face à une formation d'Heusden-Zolder venue pour récolter un point et toute heureuse de rentrer dans le Limbourg avec trois unités tout en abandonnant la lanterne rouge au Sporting Charleroi.

Essayant de faire le jeu pendant toute la rencontre, les Hennuyers ont affiché un manque flagrant de créativité pour prendre de vitesse une arrière-garde flandrienne bien en place. Il fallut d'ailleurs attendre la dernière minute de la 1re mi- temps pour voir la première occasion dangereuse des Dragons. De son côté, Heusden-Zolder jouait sa chance en contre et par deux fois Barka aurait pu ouvrir le score sans une certaine maladresse.À cet instant des débats, les courageux supporters qui n'avaient pas hésité à braver le froid pour venir au stade Tondreau regrettaient certainement leur choix et ce n'est pas le début de la 2e mi-temps qui allait les faire changer d'avis. Le niveau de jeu proposé par les deux formations était souvent indigne de la D 1 et de nombreux joueurs éprouvaient toutes les difficultés du monde à réussir une passe convenable. Ce n'est finalement que dans les 20 dernières minutes que l'affrontement devint intéressant. Bailly fut obligé d'intervenir en catastrophe devant Ban suite à une mauvaise passe en retrait de Delbroek avant que Suzuki -monté au jeu quelques minutes plus tôt - ne reprenne victorieusement de la tête un centre de De Condé.

Cette ouverture du score secoua un peu les Montois qui égalisèrent à six minutes du terme sur un coup franc rentrant de Joly effleuré de la tête par Ciobotariu. Remis en selle par cette égalisation, les pensionnaires du Tondreau affichèrent ensuite une certaine naïveté en permettant à la lanterne rouge de reprendre définitivement les devants. Le tir contré d'Haeldermans termina sa cour- se dans les pieds de Barka qui crucifia Willockx.

Tout comme le Sporting Charleroi, les Montois ont donc réalisé la mauvaise opération du week-end en s'inclinant dans leurs installations face à un concurrent direct dans la lutte pour le maintien. Et ce revers a des effets directs au niveau du classement général puisque les hommes de Sergio Brio occupent maintenant le deuxième siège de descendant. Tout cela avant de se rendre au Club Bruges et d'accueillir Charleroi dans quinze jours pour un match de la peur.

Christophe Verstrepen