Près de deux mois après le crash aérien qui a décimé pratiquement tout son effectif, le modeste club brésilien de Chapecoense revient au foot samedi avec des joueurs recrutés en un temps record, en match amical contre le champion national Palmeiras. 

Bien plus qu'une rentrée sportive, la rencontre sera surtout un nouvel hommage aux victimes du drame du 28 novembre, qui a coûté la vie à 71 personnes, dont 19 joueurs, lors du vol qui amenait l'équipe à Medellin (Colombie) pour y disputer la finale aller de la Copa Sudamericana.

Le titre continental a été attribué au club meurtri à la demande de l'adversaire, l'Atletico National, et le trophée sera présenté pour la première fois aux supporters samedi, avant le coup d'envoi du match contre Palmeiras, au stade Arena Conda de Chapecó.

Cette bourgade de 160.000 habitants située dans l'État de Santa Catarina, loin du faste de la voisine Florianopolis, cité balnéaire très touristique, a gagné une renommée mondiale bien malgré elle.

"Samedi, nous allons en profiter pour communier un maximum avec nos supporters avant de nous tourner vers les objectifs que ceux qui nous ont quittés voudraient nous voir atteindre", insiste Nivaldo, gardien historique du club pendant dix ans qui n'était pas du voyage en Colombie et a raccroché les gants après le drame pour rejoindre l'encadrement. Il a connu l'épopée de la montée de la quatrième à la première division en cinq ans à peine, de 2009 à 2014.