SV Roulers - Charleroi 1-2. À l'instar de Fabien Camus, les Zèbres étaient plus forts dans leur tête

ROULERS On avait presque deviné qu'il en serait ainsi. Thierry Siquet n'avait pas changé une formule qui avait bien fonctionné lors du match de Coupe, malgré le verdict auquel celui-ci donna lieu. Au contraire, Dirk Geeraerd avait retenu les enseignements de la deuxième mi-temps du même exercice lorsque Dequevy et Lutun furent à la base du retour des Flandriens. Paradoxalement, les visiteurs du Schiervelde nous sont apparus beaucoup moins à l'aise. Ils ne sont plus parvenus à maîtriser le jeu, mais ont eu le mérite de montrer une plus grande force de caractère et , surtout, sont parvenus à réagir au but de Thompson qui réussit le même coup que l'autre fois en marquant de la tête.

Au fait, les trois buteurs de samedi faisaient partie des quatre précédents. Et puis les joueurs-clé de Charleroi étaient bien dans leur tête. À l'instar de Camus qui se révéla un élément déterminant comme ce fut le cas tout au long des saisons précédentes. Le médian arlésien égalisa d'une frappe soudaine dont il a le secret pour surprendre Biebauw. D'accord, le gardien roularien se troua, mais son bourreau a l'art d'appliquer le dicton cher au Lotto selon lequel les gagnants ont tous tenté leur chance : "J'ai tiré pour marquer, donc avec conviction, expliqua l'intéressé. Je me suis dit que nous devions aller chercher cette victoire en adoptant une attitude différente. Pour nous, chaque match s'apparentera désormais à un combat. Le beau jeu ne suffit plus. Il faut même parfois moins s'en soucier moins au profit de l'efficacité !"

Il faut ajouter que les envois de Fabien Camus sont toujours puissants et flottants, comme s'ils prenaient une courbe hélicoïdale. Les gardiens ne sont jamais à l'aise dans cette situation. Toujours est-il que les Carolos de Thierry Siquet, qui restaient sur cinq défaites d'affilée en championnat et sur une élimination extrêmement douloureuse en Coupe, ont remis les pendules à l'heure et fait mentir leurs détracteurs qui leur prédisaient un sombre deuxième tour. D'aucuns prétendaient même que le Sporting risquait de se retrouver en difficulté. Ce ne sera pas le cas. D'autant qu'intrinsèquement, cette équipe de Charleroi est supérieure, notamment techniquement, à bon nombre de formations : "Notre club n'est pas à sa juste place au classement , a encore insisté Fabien Camus. Nous allons nous armer de l'état d'esprit adéquat pour démontrer notre réelle valeur et remporter le plus de matches possibles."

Le nouveau départ est amorcé !



© La Dernière Heure 2008