C’est son compère de la défense transalpine et de la Juventus qui a marqué le but du 1-1 et a été élu homme du match.

Mais comme Bonucci, Chiellini était aux anges, peu après minuit. Tous deux venaient d’effacer le souvenir de la finale perdue en 2012 contre l’Espagne. "J’ai le sentiment que cette victoire est méritée. Il y avait comme quelque chose de magique autour de cette équipe. On le dit depuis le début de la préparation, en mai. Et oui, on le mérite… toute l’Italie le mérite", n’hésite-t-il pas à affirmer à propos de ce deuxième sacre européen, premier grand titre international depuis la Coupe du monde 2006.

"C’est un sentiment incroyable et je veux remercier tous ceux qui font partie de ce groupe depuis 2018, insiste le capitaine de la Squadra, du haut de ses 36 ans. On le dédie à tous les joueurs qui ont regardé ce match depuis la maison."

Comme on le répète depuis des semaines, maintenant, cette Italie est joueuse et ça ne déplaît pas à son défenseur de toujours. "La clé a toujours été de jouer au foot et de prendre du plaisir. Nous voulions contrôler ce match, garder la possession du ballon."

Ce que la Squadra a fait, avec 62 % de possession et plus du triple de tirs que l’Angleterre (20 à 6). "Et malgré le fait qu’on ait pris cette baffe en pleine figure après deux minutes à peine, nous avons dominé le reste de la rencontre et nous voulions ce trophée à tout prix."

Et puis, il y a eu la séance de tirs au but, exercice qui n’a pas toujours souri dans le passé à la Nazionale mais qui a réussi, cette année, en quart de finale contre l’Espagne et hier soir. "Nous avions Gigione, lance Chiellini à propos d’un Gianluigi Donnarumma qui va faire les beaux jours du PSG, désormais. On est passé de Gigi (Buffon) à Gigio ! C’était une bonne façon de gagner. Nous sommes tellement heureux… Vivement qu’on puisse fêter ça avec tous les Italiens lundi."

Donnarumma : "Cette équipe n’abandonne pas"

Déjà décisif face à la Belgique, vainqueur d’une séance de tirs au but contre l’Espagne en demi-finale, Donnarumma a à nouveau été déterminant hier. "Nous avons été extraordinaires, nous ne voulions pas lâcher cette finale. Comme le dit Acerbi (NdlR : un défenseur de la Squadra), nous étions à un centimètre de la sortie et nous y sommes parvenus quand même. Nous méritons vraiment ce titre. Ce but tombé rapidement aurait pu nous tuer mais nous ne sommes pas comme ça. Nous sommes ceux qui n’abandonnent jamais…"

Pour la première fois du tournoi, l’Italie a été menée au score. "Vous pouvez encaisser et ce n’est pas facile car l’Angleterre défend bien, mais nous avons été spectaculaires et nous méritons cette victoire." Le voilà comparé à Buffon, maintenant. "Il était le meilleur et le restera toujours. J’essaie de faire de mon mieux, d’aider l’équipe. On verra la suite de ma carrière."