Grégory Christ a goûté à son deuxième succès avec Saint-Trond

Bolat : “On manque de leaders "

SAINT-TROND Si Peter Delorge reste le patron incontesté de la formation trudonnaire, Grégory Christ s’est d’emblée imposé. Tant sur le terrain que dans le cœur des fans limbourgeois.

“On attend beaucoup de moi” , révèle l’ex-Carolo qui, au même titre que beaucoup d’autres, avait besoin d’un autre challenge. “Après notre 3 sur 9, je me suis demandé si la baisse de régime de l’équipe pouvait m’être imputée. Aujourd’hui, je suis rassuré. Les supporters scandent mon nom ? Il est toujours plus facile de s’intégrer lorsqu’on donne le meilleur de soi-même.”

Le Français admettait par ailleurs que le Standard ne l’avait pas impressionné. Il aurait fallu une fameuse dose de mauvaise foi pour qu’il en aille autrement… “J’ai connu, avec Charleroi, des duels avec plus de ferveur face aux Rouches. Ici, ce n’était pas mal non plus. On s’est réveillé au bon moment, après deux matchs à l’extérieur mal négociés et face à un Standard qui n’était pas dans son assiette. Pourtant, j’ai vu le match face au Real et je craignais que le Standard poursuive sur sa lancée. Les Liégeois n’ont toutefois pas affiché la même gnac face à nous. Avaient-ils encore la tête à mardi ?”

Sur base du match de vendredi, Saint-Trond peut confirmer son excellente saison dernière. “On doit encore travailler les phases offensives car on aurait pu se mettre à l’abri. D’un point de vue personnel, le coach me demande de beaucoup me dépenser sur les flancs. C’est nouveau car auparavant, j’aimais recevoir le ballon dans les pieds. Je n’ai que 27 ans. Je peux encore progresser dans beaucoup de domaines.”



© La Dernière Heure 2010