Defour et Witsel, amis dans la vie, se retrouveront en tant qu’adversaires d’un soir. Un choc historique, passionnant et bourré d’anecdotes


PORTO C’est le moment le plus attendu de la Liga ZON Sagres : O Clássico. Dire que le FC Porto et Benfica ne s’aiment pas est un doux euphémisme. C’est que tout (ou presque) oppose les deux ténors du football lusitanien. Une rivalité tant historique, politique qu’économique.

C’est le Nord contre le Sud. La ville ouvrière face à la capitale. Le bleu contre le rouge. Os Dragões opposés aux Aguias (Les Dragons contre les Aigles). Porto trabalha e Lisboa diverte-se (“Porto travaille et Lisbonne s’amuse”), dit le dicton populaire au Portugal.

Et pour la première fois au pays d’Amàlia Rodrigues, qui chantait jadis Cheira Bem, Cheira a Lisboa (“Ça sent bon, ça sent Lisbonne”, la capitale lisboète ayant toujours été une source inépuisable d’inspiration pour la plus célèbre des chanteuses de fado), deux anciens coéquipiers du Standard ne se feront aucun cadeau malgré leur sincère amitié : Steven Defour et Axel Witsel.

“L’ultime examen avant le Clássico”, titrait en Une A Bola ce dimanche. Il a été passé avec succès par Benfica qui n’a laissé aucune chance à l’Académica Coimbra (4-1 avec Witsel qui a joué pendant 90 minutes). Le FC Porto, méconnaissable, s’est en revanche pris les pieds dans le tapis lors de son déplacement chez le récent promu Feirense (0-0 avec Defour monté au jeu à la 70e).

Du coup, les deux ennemis jurés possèdent le même nombre de points (13) à quelques heures du choc tant attendu. Inutile de préciser que le stade du Dragão sera bouillonnant vendredi prochain !

[...]

Retrouvez l'entièreté de cet article dans notre supplément payant (3€) "Les Sports", disponible depuis ce mercredi 21 septembre.

© La Dernière Heure 2011