Football

Les agents de joueurs qui désirent négocier avec le FC Malines devront signer un code de conduite dans lequel il ou elle déclare travailler de façon correcte.

Le club mentionne aussi dans le document un ordre d'idée de commission maximum. "Nos conditions sont transparentes. Si un agent ne les accepte pas, nous ne travaillerons pas avec lui", explique l'actionnaire principal Dieter Penninckx. L'été dernier, le club malinois a été reconnu coupable de falsification de match par la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) dans le cadre d'un scandale autour de l'agent Dejan Veljkovic. Le club Sang et Or assure vouloir rompre avec ce passé sulfureux. "Nous voulons aller de l'avant mais s'il y a une chose qu'il faut retenir de cette affaire, c'est la nécessité de rendre le monde du football plus transparent", affirme encore M. Penninckx.

Les agents qui désireront à l'avenir conclure des transferts avec les "Kakkers" devront signer ce code de conduite. Le document ressemble fortement au contrat "know your agent" que présente le FC Bruges aux intermédiaires depuis janvier. "Les agents de joueurs doivent y indiquer s'ils sont enregistrés, s'ils respectent la législation et sont en ordre fiscalement", détaille Frank Lagast, le tout nouveau directeur général du Malinwa. Le KaVé veut franchir une étape de plus encore et présente aussi des conditions explicites en matière de commissions des agents.

Le FC Malines avait déjà imposé un code éthique à l'intention de ses administrateurs et collaborateurs. Le club opte pour un meilleur contrôle interne. La cellule sportive placée sous la direction de Dennis Henderickx et Tom Caluwé mènera dorénavant les négociations de transfert. Ce n'est qu'après que le comité de direction quadricéphale signera les contrats. "Il y aura ainsi plus d'administrateurs à avoir une vue sur les transferts. Le but est d'aller vers toujours plus de transparence".