Alessandro Cordaro : "91 matches en D1 à 22 ans, je peux être fier"

Mons Alessandro, comment vivez-vous votre actuel statut ?

"Il y a un nouveau coach qui est arrivé et avec lui, des nouvelles idées. Avant La Gantoise, on s'était entretenu et à travers son discours, j'avais la conviction de faire partie de ses plans. Il m'avait déclaré qu'il comptait sur moi, qu'il espérait que je prolonge mon contrat à Mons parce que, selon lui, j'avais encore des choses à y apprendre."

Selon Christophe Dessy, l'efficacité est votre principale lacune...

"On me le répète souvent et puisque j'en suis conscient, cela devient lassant à entendre. Mais j'y travaille. Ces derniers temps, je sollicite Rudi Cossey pour des séances individuelles en fin d'entraînement, lors desquelles je répète certains gestes. J'aurais peut-être dû entreprendre cette démarche un peu plus tôt."

Vous avez 91 matches de D1 dans les jambes.

"À 22 ans, je peux en être fier, d'autant plus si on ajoute ma saison pleine en D2. Ce n'est pas donné à tout le monde. C'est la preuve que j'ai prouvé avoir ma place à chacun des entraîneurs. Quatre buts, c'est malheureusement peu pour un médian offensif mais avec l'expérience, ce chiffre va s'amplifier à coup sûr."

Pensez-vous, comme votre coach, pouvoir encore progresser à Mons ?

"Pas si je ne joue pas, comme c'est le cas aujourd'hui. Je le répète : j'ai besoin de changer d'air et de me re-booster. Je suis à Mons depuis cinq ans et cela fait quatre ans qu'on se bat pour le maintien. C'est usant psychologiquement. Charleroi ? Des clubs m'ont contacté. Je n'ai signé nulle part. Je vais attendre le bon moment."



© La Dernière Heure 2009