“Le président a mis trop de pression sur le groupe”, regrette l’ex-T1 de Mons

MONS Cela fait aujourd’hui quatre jours que Rudi Cossey a été remercié. Inlassablement, il retourne la situation dans tous les sens sans forcément comprendre. “Je suis déçu, mais c’est surtout un sentiment d’incompréhension qui m’habite”, confie-t-il. “Je crois avoir réalisé du bon travail à Mons, où une mentalité saine est revenue. Seuls les résultats manquaient et cela s’expliquait par un manque d’équilibre dont était conscient le président. Un président qui, je le pense, a pris seul la décision de se séparer de moi.”

Ce qu’on sait, désormais, c’est que Rudi Cossey s’est fragilisé lui-même en évoquant l’utilité de renforts, alors qu’il a lui-même confectionné l’effectif. “C’est ridicule ! Tous les transferts ont été réalisés d’un commun accord, mais il serait trop beau que les joueurs aient d’emblée un rendement maximal. Il fallait laisser le temps à cette nouvelle équipe, composée pour rappel d’éléments gratuits et par conséquent pas au top. Ma satisfaction, c’est d’avoir créé une ambiance de travail. J’étais moi aussi déçu mais certainement pas coupable.”

Rudi Cossey n’a pas non plus apprécié la pression instaurée par le président. “En exigeant un 10/12 avant Boussu Dour, il s’est contredit. Quelques jours avant, il avait affirmé qu’il préférait perdre contre le RBDB et gagner face au Lierse. Où est la logique ?”

Et de clôturer en évoquant le passage éclair de Varnier dans le vestiaire. “Une autre décision que personne n’a comprise ! Le président a clairement manqué de patience. Dommage...”



© La Dernière Heure 2009