Nicolas Di Giugno a été invité à s'acclimater au noyau A de Charleroi

CHARLEROI La situation que Cristian Leiva a provoquée est assez ubuesque. Le médian de Charleroi s'est absenté la semaine passée et n'était pas présent à Mouscron parce qu'il était mécontent des nouvelles taxes fiscales dont font l'objet ses émoluments... anderlechtois !

Voilà assurément une position condamnable pour quelqu'un qui a sanctionné le Sporting de Charleroi (son employeur transitoire), alors que celui-ci est totalement étranger à ce contentieux.

Logiquement, les instances du Mambourg ont fait savoir que le joueur n'entrait plus dans leurs plans... mais il était présent à l'entraînement de mardi. Thierry Siquet a enregistré ce retour : "Il s'est remis à notre disposition et comme il fait partie de l'effectif, il a réintégré le groupe. On verra ce qu'il adviendra des conséquences de son attitude."

Précisément, Mogi Bayat avait réagi dans le sens que l'on sait. À savoir que Cristian Leiva risque de ne plus faire partie du groupe carolo . Quoique le manager carolorégien a sagement prôné la concertation : "Je dois discuter avec Thierry Siquet. C'est lui qui est le mieux placé pour prendre une position car le problème relève des répercussions dans le vestiaire, le fautif ayant manqué de respect au- près de ses équipiers."

Hier, les deux responsables et décideurs en commun ne s'étaient pas encore vus. On ne savait pas à quoi s'en tenir avec exactitude mais étant donné que l'entraîneur des Zèbres (ainsi que ceux-ci) avait accepté Cristian Leiva aux deux séances du jour, on s'orientait vers l'apaisement.

On a également enregistré la présence d'une nouvelle tête en la personne du jeune attaquant Nicolas Di Giugno (19 ans) mais sans pour autant que Thierry Siquet aille trop vite en besogne : "Le garçon se distingue avec nos Espoirs depuis le début de la saison, en inscrivant régulièrement des buts. Je l'ai, dès lors, convié à nous rejoindre un ou deux jours par semaine. Pas de quoi imaginer qu'il va être rapidement employé. Cette démarche lui permettra de s'acclimater au niveau supérieur. Nous allons pouvoir juger de ses facultés d'adaptation dans un contexte tout à fait différent, et plus difficile."



© La Dernière Heure 2008