De son propre aveu, Nicolas Frutos n'est pas tout à fait rétabli. Un moment au bord des larmes, il a vidé son sac

Tribune VIP: les pronostics d'Alain Courtois


ANDERLECHT Tout le monde attendait ce moment avec impatience. Hier après-midi, sur le coup de 15h, Nicolas Frutos allait enfin s'exprimer sur son état de santé. Il a fait bien plus que cela : l'Argentin s'est finalement livré sans tabou, évoquant l'enchaînement de ses blessures, sa longue revalidation, son ras-le-bol général par rapport aux médias et son avenir. Nicolas Frutos a vidé son sac, et celui-ci pesait lourd...

Quand Jacobs a d'abord voulu s'exprimer sur l'état de santé de son attaquant, le joueur lui-même l'interrompit : "C'est à moi de l'expliquer, car je suis le mieux placé pour cela." Frutos a alors placé devant lui plusieurs feuilles dactylographiées. "Je les ai écrites depuis plusieurs jours."

Car il fallait du temps à Frutos pour mettre de l'ordre dans ses idées. S'ensuivit un monologue d'une vingtaine de minutes, durant lequel le joueur n'y alla pas de main morte avec le staff médical (voir par ailleurs).

Mais il a aussi éclairci sa situation actuelle. "Malheureusement, il y a encore un problème. Je ne suis pas tout à fait rétabli. Mais l'important, c'est que grâce au travail de M. Mendoza, je vais déjà beaucoup mieux. La décision d'aller me soigner en Argentine était la bonne."

Le joueur se veut confiant : après le travail réalisé avec Mendoza, qui aurait enfin trouvé l'origine exacte du problème, tout devrait rentrer dans l'ordre. Ce serait juste une question de temps.

Mais ce n'est visiblement pas une garantie et certains doutes subsistent. En témoigne la conclusion du monologue de Nicolas Frutos, lourde de sens : "Ce que j'aime le plus, c'est d'être chez moi avec ma femme et ma fille, disait l'Argentin, très ému, au bord des larmes même. Quand je rentre chez moi, je veux les voir heureux, et je ne veux pas voir ma femme nerveuse à cause de tout ça. À partir d'aujourd'hui, je vais commencer à penser plus à moi. Et d'ici le mois de juin, je prendrai une décision par rapport à ma carrière."



© La Dernière Heure 2008