Après l'Antwerp, Alexandre Czerniatynski retrouve le KaVé à la tête de l'Union


FOREST Sans le vouloir, Alexandre Czerniatynski est en train de passer en revue les clubs qui ont jalonné sa carrière active. Après avoir reçu l'Antwerp et s'être déplacé amicalement au Standard, l'entraîneur de l'Union s'apprête à se rendre derrière les anciennes casernes du KaVé malinois. De quoi ramener quelques souvenirs à la surface. Des bons comme cette période de 1993 à 1996 comme joueur mais, surtout, des moins drôles comme cette fameuse saison 2002-2003 qu'il termina comme entraîneur avec des juniors, les Anversois connaissant des problèmes financiers.

"J'avais dit que nous prendrions quatre points, et l'on m'a ri au nez ", se souvient Alexandre Czerniatynski. "On a fini par en prendre 11 ! Cela ne nous a pas empêchés de descendre en D3 mais les dirigeants, enchantés du travail accompli, m'ont proposé un nouveau contrat. Tout allait bien jusqu'après 2-3 semaines dans le nouveau championnat. On m'a dit que l'équipe manquait d'automatismes, et qu'il fallait changer. Honnête, j'ai vou- lu honorer mon contrat et je suis demeuré en tant que T2 mais a posteriori, ce fut une erreur car j'ai vraiment perdu mon temps. Malgré tout, cette leçon m'a déjà bien servi."

Quelque part, ce sera donc en ruminant quelques rancunes que l'entraîneur saint-gillois reviendra en terres ennemies ...

"Pas le moins du monde. Ce serait mal me connaître. Je n'ai pas d'enne-mi. Mes parents m'ont bien éduqué, et si je rencontre l'un ou l'autre dirigeant, je le saluerai. Je ne suis d'ailleurs pas un sentimental. J'ai certes l'une ou l'autre préférence mais mon plaisir premier dans ce monde impitoyable qu'est celui du football, c'est humer le gazon. Son odeur m'enivre. À chacun ses sensations. Pour le reste, je sais que les supporters malinois m'accueilleront chaudement. C'est un public formidable qui, au gré des soubresauts du club, a continué à suivre ses couleurs. Le potentiel de 5.000-6.000 spectateurs est impressionnant en D2. C'est un réel soutien pour l'équipe. De notre côté, je n'aurai pas besoin de motiver mes joueurs mais la défaite malinoise à Deinze la semaine dernière ne va pas faciliter notre tâche. Nous essayerons tout de même de créer l'exploit là-bas..."



© La Dernière Heure 2007