D2 - Le dernier geste manque à Virton

Football

V. L.

Publié le

Virton 0 Namur 1

VIRTON "Je n'accepte pas. Michaël Leyder doit sortir sur le long ballon de 60 mètres de Bukran. Steve Gustin ne peut pas le toucher. Et Mika voit la phase de loin."

L'entraîneur virtonnais, Sébastien Grandjean, regrette ce but évitable inscrit par Tshiala dès la 12e minute. Contraint de courir derrière le score au cours de ce derby wallon qui tint en haleine les 1.600 spectateurs, Virton eut les occasions pour égaliser. Seul devant Habran, Bendaha manqua de lucidité : le dernier rempart eut un réflexe de derrière les fagots à la 25e minute.

Dans la foulée et alors que le but était vide, Koïta ne cadra pas sa tête (28e). Invraisemblable. "J'ai eu le tort de vouloir déposer le cuir au lieu de smasher ma reprise", se lamente l'attaquant virtonais.

Namur, qui possède en Boukamir un capitaine généreux, dans l'effort usa des ficelles du métier pour énerver son adversaire. Au fur et à mesure des échanges, le jeu s'équilibra. Quant à Copel, visionné par des scouts, il resta une menace permanente pour les défenseurs. Appelés à amener un plus au cours des 28 dernières minutes, Nicot et Detremmerie n'apportèrent rien. Paradoxalement, dès cet instant, les Luxembourgeois ne créèrent plus de jeu. Ils donnèrent la fâcheuse impression de pouvoir jouer pendant des heures et des heures sans parvenir à trouver la faille. Les opportunités se firent rares.

En contre-attaque, les Merles vendangèrent la balle de break. "Je n'ai pas à juger si notre victoire est méritée ou non, confia René Hidalgo. Très souvent depuis le début de saison, nous ne fûmes pas récompensés de nos efforts." Un seul but suffit au bonheur du coach namurois.



© La Dernière Heure 2008

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info